Refugies a Champagne sur Seine
Refugies a Champagne sur Seine © Reuters / Christian Hartmann

Deux cents réfugiés, premier contingent de migrants syriens et irakiens ayant quitté Munich (Allemagne) arrivent en France aujourd’hui, accueillis par la Croix Rouge.

Cinquante-trois d’entre eux sont arrivés ce matin en bus à Champagne-sur-Seine, en Seine-et-Marne. Des bénévoles et le maire les ont accueillis à leur descente du bus.

Les réfugiés ont été pris en charge par la Croix-Rouge dans un centre monté en urgence, où un petit-déjeuner leur a été servi. Une petite fille, tout sourire dans une poussette, a reçu un doudou des mains du personnel de la Croix Rouge.

Nous allons les mettre à l'abri dans des locaux mis à disposition par la municipalité, des locaux relativement confortables compte tenu des difficultésqu'ils ont rencontrées

a expliquéJean-Jacques Eledjam, président de la Croix-Rouge.

Nous allons les accompagner et faciliter leurs démarches administratives, permettre qu'ils obtiennent un statut de réfugié dans les deux à quatre mois

a-t-il précisé.

L'arrivée du bus à Champagne-sur-Seine
L'arrivée du bus à Champagne-sur-Seine © Radio France / Béatrice Dugué

D'autres exilés sont attendus dans un centre de loisirs de Cergy-Pontoise , dans le Val-d'Oise, et à Bonnelles , dans les Yvelines. Au total, mille personnes venues d'Allemagne arriveront en France d'ici vendredi, selon la Croix-Rouge.

Après l'annonce lundi par François Hollande que la France était prête à accueillir 24 000 réfugiés au cours des deux prochaines années, ce premier contingent de Syriens et d'Irakiens a quitté l'Allemagne pour soulager ce pays, qui s'attend à un afflux cette année.

Le reportage de Béatrice Dugué à Champagne-sur-Seine

Khaled et Mohammed ont acheté une carte Sim à leur arrivée
Khaled et Mohammed ont acheté une carte Sim à leur arrivée © Radio France / Béatrice Dugué

Dans le même temps, Jean-Claude Junker , le président de la Commission Européenne, s’est adressé aux gouvernements et aux populations des pays membres.

N’ayez pas peur, faites preuve d’audace et de solidarité.

Le président de la Commission Européenne a présenté un plan qui prévoit de porter de 40 000 à 160 000 le nombre de demandeurs d'asile arrivés en Italie, en Grèce et en Hongrie, à répartir dans les autres pays de l'Union sur la base de quotas nationaux. Les mesures seront examinées par les ministres de l'Intérieur de l'UE le 14 septembre.

Ces propositions constituent "un premier pas vers une répartition équitable" au sein de l'UE, a souligné la chancelière allemande Angela Merkel .

Junker a également appelé les populations et les gouvernements européens à ne pas distinguer les migrants en fonction de leur religion. En France, la commune de Charvieu-Chavagneux (Isère) s'est dite prête à accueillir des réfugiés mais "à la condition expresse" que ce soit des chrétiens car

ils ne procèdent pas à la décapitation de leur patron

selon une délibération du conseil municipal hier soir.

Le maire Gérard Dezempte s'explique sur France Inter

Samedi, les maires qui se sont portés volontaires se réuniront au ministère de l'Intérieur pour avancer sur les dispositifs d'accueil de ces réfugiés. Il s'agira pour l'Etat "de mettre à disposition des collectivités l'ensemble des outils et des financements nécessaires", selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

► ► ► À L'ANTENNE | François Baroin, président de l'Association des Maires de France, était l'invité de la matinale de France Inter

De son coté, Amnesty International réclame à l'Union Européenne une réforme de ses textes sur le statut de réfugié.

En France par exemple, sur 60 000 demandes d'asile chaque année, 20% seulement vont l'obtenir selon Eléonore Morel, directrice générale du centre Primo Levi, dédié à l’accueil des victimes de la torture et de la violence politique réfugiées en France.

C'est l'énergie du desespoir qui les pousse vers notre continent

affirme Eléonore Morel, directrice générale du Centre Primo Levi.

Eléonore Morel était l'invitée du journal de 13h de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.