[scald=37595:sdl_editor_representation]BENGHAZI, Libye (Reuters) - Au moins 10 jours vont être nécessaires pour prendre la ville de Syrte, l'un des derniers bastions tenus par les forces de Mouammar Kadhafi, a déclaré un commandant des rebelles libyens, dimanche.

Les troupes rebelles ont progressé en direction de la ville à partir de l'est et à partir de l'ouest et tentent de négocier une reddition, mais se disent prêts au combat si cela est nécessaire.

Sur le front oriental, les insurgés sont à une centaine de kilomètres de la ville natale de Mouammar Kadhafi tandis que sur le front de l'ouest ils progressent à partir de Misrata.

"Notre but n'est pas un bain de sang, notre but est la libération", a dit le colonel Salem Mouftah al Refaidy à Reuters lors d'une visite à Benghazi.

"Nous ne voulons plus faire couler de sang, en particulier parmi les civils, enfants, personnes âgées, femmes", a-t-il ajouté.

"Mais il n'est pas question d'un retour en arrière, pas question d'un retrait", a-t-il ajouté. "C'est fini. Les jeux sont faits".

Les observateurs redoutent que la bataille pour la prise de Syrte soit beaucoup plus meurtrière que celle pour contrôler Tripoli, la capitale, dans laquelle des cadavres continuent de joncher certaines rues.

Un grand nombre de fidèles du colonel libyen se sont repliés et regroupés dans cette localité et disposent d'importantes installations militaires.

Selon l'Otan, les kadhafistes ont tiré plusieurs missiles Scuc contre les appareils de l'Alliance à partir de cette ville.

Un porte-parole des rebelles, Mohamed Zaouaoui, a indiqué que ses combattants occupent désormais l'agglomération de Ben Jaouad à environ 100 km du fief de Kadhafi.

"C'est la raison pour laquelle nous avons choisi de rester à l'extérieur", a-t-il dit, précisant que les négociations se poursuivent pour obtenir une reddition des fidèles du dirigeant libyen.

"Nous attendons qu'ils arrêtent les combats et qu'ils ouvrent la ville", a ajouté Zaouaoui. "Pour l'instant, nous n'avons pas obtenu de résultat".

Une fois Syrte tombée, les rebelles s'en prendront alors à la place forte de Sabha située dans le sud désertique. Pour l'instant, les rebelles ignorent où se trouve le colonel.

Robert Birsel; Pierre Sérisier pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.