Les combats font de nouveau rage ces derniers jours dans des secteurs qui avaient été repris l’été dernier par l’armée ukrainienne. Depuis début janvier, les séparatistes pro-russes équipés de chars et de missiles Grad, ont lancé une grande offensive pour regagner du terrain.

Debaltsevo, c’est cette ville très stratégique sur la route qui relie les deux capitales de régions aux mains des séparatistes, Donetsk et Louhansk. Dans ces secteurs, les combats ont fait 12 morts ces dernières 24 heures, dont cinq civils.

300 morts ces 15 derniers jours

Nos envoyés spéciaux et ont pu se rendre sur la commune de Popasna, un peu au nord de l’axe Donetsk-Louhansk, mais où les combats ont été particulièrement rudes ces dernières heures.

Dans la petite ville vivent 22 000 habitants, mais la plupart a fui les combats, ils ne sont plus que 5000 à 6000 à rester chez eux malgré le nouvel embrasement. Au moins 4 civils ont été tués la semaine dernière, et les autorités ukrainiennes se tiennent prêtes à faire évacuer ce qui reste d’occupants dans ces immeubles criblés d’impacts d’obus.

Dans la crainte d'une nouvelle offensive, on évacue les enfants

Déjà mardi, une centaine d’enfants de la commune voisine de Troïstke. Les affrontements dans l’Est de l’Ukraine ont déjà fait plus de 5000 morts. Le président ukrainien Petro Porochenko a de nouveau appelé ce jeudi les leaders séparatistes à négocier un nouveau cessez-le-feu immédiat.

Le reportage de Marc Crépin dans la ville de Kramatorsk:

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.