A Los Angeles, la 69e édition des Emmy Awards a largement récompensé la comédie politique "Veep" et l’adaptation d’un roman sur l’esclavage sexuel, "la servante écarlate".

Elisabeth Moss, gagnante aux Emmy Awards 2017 pour son rôle dans la série "La Servante écarlate"
Elisabeth Moss, gagnante aux Emmy Awards 2017 pour son rôle dans la série "La Servante écarlate" © Reuters / Lucy Nicholson

La série "La servante écarlate" et la comédie politique "Veep" ont obtenu les prix les plus prestigieux de la 69e édition des Emmy Awards récompensant la télévision américaine, au cours d'une cérémonie présidée par Stephen Colbert et dont Donald Trump aura été la tête de Turc. Adaptation du roman éponyme de Margaret Atwood écrit en 1985, "La servante écarlate", qui raconte l'esclavage sexuel d'une femme dans une Amérique qui a sombré dans la dictature, a été récompensée du prix de la meilleure série dramatique et de la meilleure actrice pour Elisabeth Moss (vue dans Madmen).

Il s'agit des premières récompenses décrochées par la plateforme de vidéo à la demande Hulu, qui diffuse la série depuis le mois d'avril. La série a obtenu trois autres prix, dont celui du meilleur scénariste pour Bruce Miller et du meilleur réalisateur pour Reed Morano.

"Veep", la comédie politique qui tombe à pic

"Veep", qui en est à sa sixième saison sur la chaîne HBO et raconte les affres et les ambitions d'une femme propulsée à la vice-présidence des Etats-Unis, réalise aussi le doublé dans sa catégorie, la comédie, avec les prix de la meilleure série et de la meilleure actrice pour Julia Louis-Dreyfus. C'est pour cette dernière le sixième Emmy Award consécutif.

Enfin, la mini-série "Big Little Lies" a obtenu cinq prix, dont celui de sa catégorie, celui de la meilleure actrice pour Nicole Kidman et du meilleur réalisateur pour le Franco-Canadien Jean-Marc Vallée.

Auparavant, l'animateur Stephen Colbert, bête noire des conservateurs et de Donald Trump, avait donné le ton de la soirée au Microsoft Theater à Los Angeles. "Quelle année pour la télévision", s'est-il exclamé en évoquant des 400 émissions diffusées cette année aux Etats-Unis. "Personne ne pourrait regarder autant le petit écran, à part le président."

Donald Trump virtuellement récompensé

Durant le monologue d'ouverture de ces Emmy Awards 2017 à la tonalité très politique, l'humoriste Stephen Colbert, qui présente cette cérémonie des récompenses de la télévision américaine, a multiplié les charges satiriques à l'intention de Donald Trump. Il a notamment rappelé que l'ancien promoteur immobilier avait été nommé à plusieurs reprises aux Emmys pour l'émission de télé-réalité "The Apprentice", dont il était le présentateur et le producteur, mais ne l'avait jamais emporté.

Il a même diffusé un extrait d'un débat présidentiel face à Hillary Clinton, lors duquel il avait expliqué qu'il aurait dû recevoir un Emmy. "Mais il ne l'a pas eu, parce que contrairement à l'élection présidentielle, les Emmys sont attribués à celui qui reçoit le plus de voix des électeurs", a plaisanté le présentateur du "Late Show", talk-show de la chaîne CBS, sur laquelle sont diffusés les Emmys. Une référence directe au fait qu'Hillary Clinton a reçu, lors du scrutin, le plus grand nombre de voix des électeurs américains.

Donald Trump, dont les partisans avaient appelé à boycotter la retransmission de la cérémonie, a reçu virtuellement une récompense, celle du meilleur second rôle comique masculin remise à Alec Baldwin pour son incarnation du président américain sur Saturday Night Live (SNL).

Dans cette soirée très politique, c'est aussi pour avoir incarné Hillary Clinton sur SNL pendant la campagne électorale de l'an dernier que Kate McKinnon a été primée, tandis que la production vedette de NBC elle-même a été couronnée meilleure émission de sketch.

Apparition de l'ex-porte parole de Trump Sean Spicer, entre surprise et malaise

L'ancien porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer, qui a démissionné fin juillet, a aussi fait une apparition surprise lors de l'ouverture de la cérémonie des Emmy Awards, se moquant de lui-même et d'une de ses affirmations erronées.

"Pourquoi ne lui avez-vous pas donné un Emmy?", a interrogé, moqueur, Stephen Colbert. "Je vous parie que s'il avait gagné un Emmy, il n'aurait jamais été candidat à la présidence." "Donc, d'une certaine façon, tout ceci est votre faute", a-t-il ajouté. "Je pensais que vous aimiez les anti-héros à la moralité compromise." "Bien sûr, ce qui compte vraiment pour Donald Trump, c'est l'audience", a expliqué Stephen Colbert. "Il faut avoir de gros chiffres."

"Pour l'instant, nous n'avons aucun moyen de connaître la taille de notre audience." Il a alors posé la question à Sean Spicer, qui est apparu sur la scène avec son désormais célèbre pupitre de la Maison Blanche. "Ce sera la plus grande audience à avoir suivi les Emmys, point", a lancé l'ancien porte-parole. "Que ce soit sur place ou autour du monde."

Sean Spicer parodiait là ses propres propos au lendemain de la cérémonie d'investiture de Donald Trump. Il avait alors assuré que l'événement avait été le plus suivi de l'histoire, que ce soit sur place ou à la télévision, alors que des photos de la foule prouvaient qu'il n'en était rien.

Principaux vainqueurs des Emmy Awards 2017

- Meilleure série dramatique: "La servante écarlate" (Hulu)

- Meilleure comédie: "Veep" (HBO)

- Meilleure mini-série: "Big Little Lies" (HBO)

- Meilleur acteur dans une série dramatique: Sterling K. Brown, "This Is Us" (NBC)

- Meilleure actrice dans une série dramatique: Elisabeth Moss, "La servante écarlate" (Hulu)

- Meilleur acteur dans une série, comédie: Donald Glover, "Atlanta" (FX)

- Meilleure actrice dans une série, comédie: Julia Louis-Dreyfus, "Veep" (HBO)

- Meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série: Riz Ahmed, "The Night Of", (HBO)

- Meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série: Nicole Kidman, "Big Little Lies" (HBO)

- Meilleur film de télévision: "Black Mirror: San Junipero" (Neftlix)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.