manifestation de kurdes à paris un an après le triple meurtre
manifestation de kurdes à paris un an après le triple meurtre © reuters

Les renseignements turcs démentent tout lien avec le meurtre des trois militantes kurdes à Paris il y a un an. Pourtant, des médias turcs font état d’une conversation entre le meurtrier et deux agents secrets turcs.

Samedi dernier, des millers de personnes ont défilé à paris pour demander la vérité sur cette assassinat toujours non élucidé.

Côté kurde on affirme qu'il s'agit d'un crime de l'Etat turc perpétré par l'unique suspect de l'enquête, un certain Ömer Guney. Le quotidien turc Radikal a en effet publié sur son site internet l’enregistrement sonore d’une conversation entre un homme présenté comme Ömer Güney et deux agents du renseignement turc. Dans cet enregistrement, ils évoquent des cibles potentielles de la guérilla kurde.

L'enregistrement est en cours d'authentification - Les explications de Franck Cognard

De leur côté, les services secrets turcs continuent de nier leur implication. Ils expliquent vouloir désormais enquêter sur ce document révélé par la presse.

Notre organisation n'a absolument aucun lien avec les meurtres de Sakine Cansiz, Leyla Saylemez et Fidan Dogan. Toutefois, une enquête interne a été ouverte concernant les allégations de la presse (Organisation nationale du renseignement turque)

Trois femmes kurdes d’origine turques avaient été retrouvées mortes le 9 janvier 2013 dans l’enceinte du Centre d’information kurde à Paris. Huit jours plus tard, la police avait arrêté Ömer Güney. Selon le procureur de Paris, il avait été désigné par le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, pour accompagner à Paris Sakine Cansiz, l’une des victimes. Une version démentie par le PKK.

A l’automne 2012, les autorités turques via leurs services secrets avaient engagé des pourparlers de paix avec le chef emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan. Des pourparlers au point mort depuis que la rébellion a suspendu en septembre dernier le retrait de ses combattants de Turquie.

Le conflit kurde, qui a éclaté en 1984, a déjà fait plus de 45.000 morts.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.