L'Everest
L'Everest © Luca Galuzzi
**La saison des sherpas est terminée. Les guides népalais ont annoncé qu'ils quittaient le camp de base de l'Everest, en hommage à leurs collègues tués vendredi dernier dans une avalanche.** Les centaines d'alpinistes étrangers qui s'apprêtaient à gravir cette année le plus haut sommet du monde risquent d'être déçus. Les guides népalais ont décidé de ne plus escalader l'Everest cette saison, en hommage à leurs 16 collègues sherpas tués vendredi dernier dans une avalanche. C'est l'accident le plus meurtrier jamais enregistré sur les pentes de l'Everest. Outre l'émotion suscitée au Népal, il a remis en lumière la précarité du métier de sherpa. Les guides réclament depuis plusieurs années à leur gouvernement un meilleur soutien financier pour les familles endeuillées et de façon plus générale une meilleure couverture par les assurances. ### L'économie népalaise risque d'en pâtir En attendant, les 32 expéditions prévues cette saison sont annulées. Tous les sommets de l'Himalaya ne sont pas concernés, mais c'est une perte importante pour l'économie népalaise. Les participants sont souvent prêts à débourser plusieurs dizaines de milliers d'euros. Le Français Gérard Guerrier, accompagnateur en montagne, connaît bien cette région. Il est interrogé par Ruddy Guilmin : > L'Everest, c'est un véritable enjeu économique pour les sherpas. Chaque touriste alpiniste débourse une somme comprise entre 50.000 et 100.000 dollars pour faire le sommet.
Plus de 300 personnes, essentiellement des sherpas, sont morts sur les pentes du plus haut sommet du monde depuis la première ascension en 1953 par Edmund Hillary et Tenzing Norgay.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.