Drapeau Suisse sur le Lac Léman
Drapeau Suisse sur le Lac Léman © CC / Airflore

Les électeurs ont rejeté les trois projets qui leur étaient soumis : la limitation de l'immigration à 0,2% de la population chaque année, un autre créant obligation pour la banque centrale d'augmenter son stock d'or, et également rejeter un projet d'abolition des forfaits fiscaux pour les riches étrangers.

Selon les premières estimations du résultat des votations organisées dimanche dans tout le pays -surtout par correspondance et par internet- les Suisses ont dit "non" à la suppression des forfaits fiscaux réservés aux riches étrangers. Selon les projections de la RTS, ils ont été 60% à voter contre. Les forfaits fiscaux, combattus au nom de "l'équité" par la gauche, concernent 5.729 riches étrangers résidents en Suisse, mais qui n'y travaillent pas. Ils leurs permettent d'être imposés non pas en fonction de leurs revenus mais de leur train de vie, ce qui a fait de la Confédération une destination très prisée des milliardaires qui préfèrent payer un total d'un milliard de francs suisses (830 millions d'euros) d'impôts négociés en Suisse plutôt que les taxes dans leur pays.

Les adversaires de l'initiative, notamment une majorité d'élus des cantons, ont fait valoir que le départ de ces étrangers vers des cieux fiscaux plus favorables priverait les caisses d'importantes recettes qu'il faudrait compenser en diminuant les dépenses ou en augmentant les impôts de tous. Les citoyens ont donc refusé de tuer la "poule aux oeufs d'or"

Les explications de Laurent Mossu à Genève

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Les riches étrangers vont-ils fuir la Suisse ?

Selon ces estimations de l'institut de sondage GfS de Berne et les premiers résultats pour certains des 26 cantons, les Suisses ont également refusé une nouvelle limitation de l'immigration, proposée cette fois au nom de l'écologie et appelée Ecopop. Elle serait refusée par 74% des Suisses. Même refus pour la proposition d'achats d'or massifs pour la Banque nationale suisse. C'est cette dernière initiative qui a subi le rejet le plus massif, puisque selon l'estimation de la RTS, 78% des électeurs ont voté "contre".

Tous les trois mois, les Suisses votent sur des sujets divers. Pour que les initiatives soient acceptées, il faut qu'elles obtiennent une double majorité, celle des électeurs et celle des cantons.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.