Donald Trump a réagi sur Twitter à la décision de la justice de bloquer son décret anti-immigration. Depuis son élection, ses tweets sont devenus des événements politiques.

Etats-Unis : les tweets de Donald Trump font désormais partie de la vie politique américaine
Etats-Unis : les tweets de Donald Trump font désormais partie de la vie politique américaine © Reuters / Mike Segar

C'est un nouveau camouflet pour Donald Trump ! La justice fédérale a confirmé jeudi la suspension de son décret très controversé signé le 27 janvier dernier interdisant l'accès des États-Unis pour trois mois aux ressortissants de sept pays musulmans, pour quatre mois aux réfugiés et de manière illimitée pour les Syriens.

► Écoutez le décryptage de cette décision par notre correspondant Frédéric Carbonne

1 min

La décision judiciaire implique une réflexion politique délicate pour Donald Trump

Par Frédéric Carbonne

Sur Twitter, le président américain a promis de poursuivre la bataille judiciaire : "On se voit devant la justice, la sécurité de notre nation est en jeu."

►►► LIRE | Immigration : jusqu'où Trump peut-il aller ?

Il avait tweeté dès la décision d'un premier juge fédéral de bloquer son décret anti-immigration, dimanche 29 janvier : "L'opinion de ce soi-disant juge, qui ôte des pouvoirs policiers à notre pays, est ridicule et sera annulée."

Il complique les relations internationales

Les tweets de Trump ne sont pas sans effet sur les relations internationales. Par exemple lorsque le Président américain s'est impliqué dans le conflit entre Taïwan et la Chine. Les États-Unis ont toujours respecté le principe d'une "Chine unique", la Chine revendiquant Taïwan. Mais Donald Trump a décidé de changer les habitudes :

"Le Président de Taïwan M'A APPELÉ aujourd'hui pour me féliciter d'avoir remporté l'élection. Merci !"

La Chine a immédiatement fait connaitre son désaccord sur le sujet.

Il dément sur Twitter ses liens avec Poutine : "Je ne connais pas Poutine, je n'ai pas de contrats en Russie, et les personnes haineuses deviennent folles. En revanche, Obama peut signer un accord avec l'Iran, numéro un de la terreur, sans problème !"

Il exprime ses opinions sur tout

Avant son départ de la Maison-Blanche, Barack Obama a commué la peine de Chelsea Manning, la lanceuse d’alerte qui avait fourni des documents confidentiels de l’armée américaine à WikiLeaks :

"Chelsea Manning, TRAÎTRE et ingrate, qui n'aurait jamais dû être libérée de prison, qualifie maintenant le Président Obama de leader faible. Terrible !"

Il se moque des conflits d'intérêts...

Donald Trump n'a pas aimé ce mercredi la pétition lancée pour boycotter la marque d'accessoires de mode de sa fille Ivanka, et encore moins qu'à la suite de cette pétition, la chaîne de magasins Nordström retire la marque de ses rayons :

"Nordström a traité ma fille Ivanka de manière injuste. C'est une personne formidable -- elle m'a toujours poussé à prendre la bonne décision ! Terrible !"

...et s'en prend aux stars

Trump a tendance à entrer dans une bataille via Twitter dès que quelqu'un l'attaque ou lui déplaît. Exemple avec Arnold Schwarzenegger, qu'il accuse notamment d'avoir été un mauvais gouverneur :

Oui, Arnold Schwarzenegger a été un très mauvais Gouverneur de Californie et a même fait pire sur "The Apprentice"... mais au moins il aura essayé !

►►► ALLER PLUS LOIN | Trump contre Schwarzenegger : le choc des titans

Donald Trump n'a pas du tout apprécié l'émouvante allocution de l'actrice Meryl Streep lors de la cérémonie des Golden Globes le 8 janvier à Los Angeles. Elle rappelait que les Etats-Unis, et notamment Hollywood, comptait de nombreux étrangers, par opposition avec la politique du futur Président des Etats-Unis :

Mais qui sommes-nous, et qu'est-ce que Hollywood, en fait ? C'est juste une bande de gens venus d'ailleurs.

Bien sur, Donald Trump lui a vivement répondu :

Meryl Streep, l'une des actrices les plus surestimées à Hollywood, ne me connaît pas mais m'a attaqué la nuit dernière lors des Golden Globes...

►►► ALLER PLUS LOIN | Donald Trump énerve vraiment les artistes américains

L'affaire ne date pas de la campagne présidentielle mais l'actrice Kristen Stewart ne s'est pas gênée pour la ressortir à cette occasion, démontrant la puérilité de Trump. Elle a publié une dizaine de tweets que Donald Trump a écrit en 2012 lorsqu'elle a rompu avec l'acteur Robert Pattinson :

"Robert Pattinson ne devrait pas renouer avec Kristen Stewart. Elle l'a trompé comme une chienne et le refera --attendez de voir. Il peut faire beaucoup mieux !"

"Tout le monde sait que j'ai raison : Robert Pattinson devrait quitter Kristen Stewart. Dans quelques années, il me remerciera. Sois futé Robert."

Sans oublier les médias, surtout le New York Times

Le célèbre et respecté quotidien avait soutenu Hillary Clinton pendant la campagne, la coutume américaine voulant que les journaux soutiennent un candidat s'ils le souhaitent. Depuis, Donald Trump en a fait l'un de ses principaux ennemis :

Le New York Times, en perte de vitesse, donne des FAUSSES INFOS en disant que M.Xi n'a pas parlé avec M.Trump depuis le 14 novembre. Nous avons parlé longuement hier !

Quelqu'un de capable et avec des convictions devrait acheter le New York times en perte de vitesse et donnant des FAUSSES INFOS pour soit le diriger correctement, soit le laisser mourir dans la dignité !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.