François Hollande dans le camp de réfugiés syriens de Dalhamyeh, dans la plaine de la Bekaa
François Hollande dans le camp de réfugiés syriens de Dalhamyeh, dans la plaine de la Bekaa © MaxPPP/EPA/Pool/Bilal Hussein

François Hollande a promis samedi 100 millions d'euros pour soutenir le pays face à la crise de réfugiés syriens. Le chef de l’État, qui s'est rendu dans un camp de réfugiés a la mi journée, a également annoncé que la France accueillerait plus de demandeurs d'asile que prévu.

François Hollande, qui se se rendra ce dimanche midi dans un camp de réfugiés pour y rencontrer des familles syriennes qui ont fui la guerre, a annoncé samedi que la France accueillerait 2 000 réfugiés de plus qu'initialement prévu, en tout cas pour ceux qui viennent du Liban, et ceci sur deux ans. Un chiffre qui reste toutefois dérisoire au regard du nombre de Syriens présents au Liban, c'est à dire un million et demi de réfugiés, soit l'équivalent d'un tier de sa population.

Au lendemain de la visite du pape au camp de Moria à Lesbos en Grèce, François Hollande a été le premier chef d’Etat à se rendre dans un camp pour y rencontrer des réfugiés syriens. Le campement de tentes et de tôle de Dalhamiyé dans la Békaa abrite une centaine de familles de réfugiés syriens. Au dela de la solidarité, le chef de l'Etat est aussi venu avec un message politique : il faut une sortie de crise en Syrie car les réfugiés veulent vivre dans leur pays.

Isabelle Labeyrie suit le voyage de François Hollande

Par ailleurs, le chef de l'Etat français a promis une aide immédiate pour renforcer les capacités militaires du Liban, confronté aux menaces djihadistes notamment du groupe ultraradical Etat islamique , qui a déjà revendiqué des attentats dans le pays.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.