En Arabie saoudite, la purge touche plusieurs dizaines de personnes dont des princes, des ministres, d'anciens membres du gouvernement et des entrepreneurs, arrêtés sur des soupçons de corruption.

Le plan audacieux du prince héritier de la dynastie Saoud.
Le plan audacieux du prince héritier de la dynastie Saoud. © AFP / FAYEZ NURELDINE

Officiellement, ces hommes ont été arrêtés sous couvert d'une enquête anti-corruption. Mais officieusement, le prince héritier Mohammed Ben Salman assoie son règne avec cette purge. 

C'est un plan audacieux exécuté en quelques heures, le temps de faire arrêter des membres de la famille royale, des ministres et des dizaines de notables qui n'ont pas eu le loisir de protester.

Sur les réseaux sociaux, les comptes officiels du gouvernement rediffusent une ancienne interview du prince héritier où il assure que la lutte contre la corruption n'épargnera personne. 

Mohammed Ben Salman a donc choisi une méthode brutale pour écarter ses opposants  potentiels. Ce pari risqué est à la mesure de ses projets de modernisation du pays et il n'a pas l'intention de négocier. D'autant que le jeune prince peut succéder rapidement à son père âgé de 81 ans et espérer un règne d'un demi-siècle.

Mohammed Ben Salman est pourtant un homme en danger. Il affirme son autorité au sein de sa famille mais il se créé des ennemis à l'intérieur du royaume et aussi à l'extérieur en s'engageant directement contre l'Iran.

Ryad vient d'accuser Téhéran d'être responsable du tir d'un missile balistique lancé samedi à partir du Yémen et intercepté près de la capitale saoudienne. En réponse, l'Arabie saoudite a fermé ce lundi soir tous les accès aériens, terrestres et maritimes vers le territoire yéménite.

► RÉÉCOUTEZ | La chronique Géopolitique de Bernard Guetta

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.