A l'occasion du premier anniversaire de la révolution, la Libye reste convalescente. La route est encore longue vers la guérison. Le pays apparaît divisé, miné par le poids des milices, des tribus et des rivalités régionales. A tel point que les nouvelles autorités expliquent que la Libye, à ce jour, n'est pas "totalement ibéré e" du régime de Kadhafi.

Mais est-ce vraiment possible après plus de quarante ans de règne du colonel ? Tout l'enjeu, pas seulement en Libye mais aussi en Tunisie ou en Egypte, c'est de pouvoir "recycler" une partie de l'ancien régime, tout en éliminant les branches les plus compromises dans la répression. Les combats actuels à Bani Walid, fief des anciens loyalistes du régime, montrent que la réconciliation est encore une illusion.

Jean-Yves Moisseron, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

Partager équitablemenent la manne pétrolière, c'est la clé du futur de la Libye post-Kadhafi. Seul l'or noir peut mettre de l'huile dans les rouages de l'architecture compliquée de la société libyenne et permettre la reconstruction de l'Etat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.