En 5 ans, la marine luxembourgeoise a gagné près de 100 navires
En 5 ans, la marine luxembourgeoise a gagné près de 100 navires © DR

Le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) dénonce le pays européen, accusé d'avoir passé des accords fiscaux secrets avec 340 entreprises mondiales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi ou Axa, pour réduire leurs impôts.

Pour les États où ces entreprises réalisent des bénéfices, cela représenterait un manque à gagner énorme : des milliards d'euros de recettes fiscales perdues. L'Union européenne a d'ailleurs réagi jeudi matin, par la voix de la Commission, pourtant présidée par l'ancien Premier ministre Luxembourgeois (de 1995 à 2013) Jean-Claude Juncker. "S'il y a une décision négative, le Luxembourg devra assumer et corriger", promet le porte-parole de la Commission.

Le groupe des Verts au Parlement européen dénonce un conflit d'intérêt

Jean-Claude Junker a pris les dévant en disant qu'il s'abstiendrait d'intervenir personellement sur ce genre d'affaires. Garantie très insuffisante pour Eva Joly. L'euro-députée écologiste, très en pointe sur l'évasion fiscale, rappelle que ces contrats "secrets" ont été passés alors que Junker était le Premier ministre du Luxembourg. pour elle cela met le Président de la commission dans une position très difficile.

Eva Joly

Il doit agir immédiatement ou partir

Si l'affaire embarasse le nouveau président de la Commission, elle ne gène pas son successeur à la tête du Luxembourg

Pierre Bénazet est à Bruxelles

Selon l'ICIJ, des accords ont été passés entre 2002 et 2010. L'enquête, qui a duré six mois, révèle comment de grandes entreprises "s'appuient sur le Luxembourg et ses règles fiscales souples, mais aussi sur les déficiences de la réglementation internationale, pour y transférer des profits afin qu'ils ne soient pas taxés, ou très faiblement", écrivent nos confrères du Monde, partenaires de l'ICIJ. Ces accords auraient permis à ces entreprises internationales de faire des milliards d'euros d'économies chaque année...Comment ces informations ont été obtenues ? La réponse de Bruce de Galzain

De grands groupes sont cités : Apple, Amazon, Heinz, Pepsi... Mais aussi, dans des proportions moindres, des entreprises françaises comme Axa ou le Crédit agricole.

Le Monde fait un focus sur Ikea. Le suédois a créer une société à Chypre ca son dispositif d'optimisation fiscale évolue tout le temps.

Les explications de Bruce de Galzain

► ► ► VOIR | Le Monde a résumé en vidéo les méthodes d'exil fiscal de ces entreprises au Luxembourg

Le Luxembourg aurait tout fait pour conserver ses accords secrets, y compris de ses partenaires européens. Même si selon Le Monde, "ils sont mis au courant, de fait, par ces multinationales, de leur stratégie d'évitement de l'impôt".

La Commission européenne est en pleine guerre contre l'optimisation fiscale dans ses pays membres. Elle a ouvert en juin quatre enquêtes sur la pratique du "tax ruling", visant : l'Irlande (et Apple) ; les Pays-Bas (et Starbucks) ; le Luxembourg (et Fiat Finance and Trade) ; et Gibraltar. L'OCDE, quant à elle, prône toujours "la souveraineté fscale", la taxation des bénéfices sur le territoire où ils sont réalisés.

► ► ► SUR LE WEB | Lire l'ensemble des "Luxembourg Leaks" sur le site de l'ICIJ (en anglais)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.