Emmanuel Macron a accueilli ce lundi Vladimir Poutine au Château de Versailles avec une poignée de main chaleureuse avant d'aborder une série de dossiers brûlants.

Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine à Versailles
Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine à Versailles © AFP / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Lors d'une conférence de presse commune qui s'est tenue avec deux heures de retard sur le programme après un long entretien en privé, le Président français Emmanuel Macron a rappelé les priorités de la France. Il a affirmé l'attachement de la France "à son indépendance et à son appartenance européenne".

Aucun enjeu essentiel ne peut être réglé sans dialoguer avec la Russie.

Objectif : une transition démocratique en Syrie

Emmanuel Macron a rappelé les priorités de la France : œuvrer pour une transition démocratique tout en préservant un Etat syrien. Il a estimé que la Russie et la France pouvaient travailler ensemble sur cette voie.

La priorité absolue de la France est la lutte contre le terrorisme, pour laquelle le Président français souhaite une collaboration accrue avec la Russie sur ce sujet.

Il existe une ligne rouge de notre coté : l'utilisation d'armes chimiques par qui que ce soit. Cette utilisation fera l'objet d'une riposte immédiate de l'Etat français.

Quant à rouvrir l'ambassade française à Damas, ce n'est pas une priorité selon Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron s'est prononcé pour une coopération renforcée avec une volonté de trouver dans la durée "une solution politique, inclusive, pour ramener la paix en Syrie".

L'Ukraine

Une nouvelle réunion "au format Normandie" devrait se tenir (c'est-à-dire une réunion en petit comité, avec l'Allemagne et l'Ukraine) , dans les "prochains jours ou semaines" pour éviter "une escalade" des tensions selon Emmanuel Macron et afin de remettre les choses à plat alors que la situation est bloquée. Dans ce cadre, le chef de l'État français a plaidé pour qu'un bilan complet puisse être partagé et "en particulier" que "nous puissions avoir accès à un rapport détaillé de l'OSCE qui s'assure d'éléments importants dans la région".

De son coté, le Président russe a estimé que les sanctions contre la Russie ne contribuaient "aucunement" à régler la crise ukrainienne.

Les intrusions de la Russie dans la campagne présidentielle française

Vladimir Poutine a répondu à une question sur les soupçons d'ingérence de la Russie dans la campagne française. Selon lui, il s'agit de "suppositions non confirmées".

Vladimir Poutine a également répondu à une question sur son accueil de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle :

La réception de Marine Le Pen à Moscou ne veut absolument pas dire que Moscou a voulu influer sur le résultat de la présidentielle.

Vladimir Poutine a rappelé que Marine Le Pen venait régulièrement à Moscou. Le Président russe a estimé :

L'opinion de Marine Le Pen sur l'identité des peuples européens n'est pas dénuée de fondements. Je ne vois pas au nom de quoi on devait lui refuser cette visite, d'autant qu'elle a toujours oeuvré pour les relations entre nos deux pays

Poutine s'est dit prêt à accueillir n'importe qui à tout moment.

Emmanuel Macron de son coté a répondu à une journaliste de Russia Today demandant pourquoi les deux sites russes Russia Today et Sputnik avaient été interdits d'accés du QG de campagne du candidat En Marche :

Russia Today et Sputnik diffusent des contre vérités graves sur la personne et ma campagne. Ils se sont comportés comme des agents d'influence et de propagande, pas des journalistes.

Les persécutions contre les homosexuels en Tchétchénie

Emmanuel Macron dit avoir rappelé à Vladimir Poutine l'importance pour la France du respect de toutes les personnes et toutes les minorités, dont les homosexuels et personnes LGBT. Selon le Président français, Vladimir Poutine lui a promis la vérité complète sur les activités des autorités locales en la matière.

Je serai constamment vigilant à ce sujet

Alors que Vladimir Poutine est en visite à Paris, le président de SOS Homophobie, a annoncé ce lundi sur franceinfo que le premier réfugié tchétchène homosexuel était arrivé sur le sol français lundi matin. "On entend monsieur Poutine qui dit qu'il a lancé une enquête et que ce n'est pas vrai, qu'il n'y a pas d'exactions et de crime contre les homosexuels. C'est totalement faux! Nous ne pouvons plus accepter ce discours de négation par la Russie contre les homosexuel, a expliqué Joël Deumier.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.