Le président de l'exécutif régional de Catalogne a proposé mardi au gouvernement espagnol d'ouvrir un dialogue permanent sur l'indépendance de la Catalogne et son économie.

Drapeaux espagnols et catalan sur la mairie de Barcelone
Drapeaux espagnols et catalan sur la mairie de Barcelone © CC Michael M

Le président de l'exécutif régional de Catalogne a proposé mardi au gouvernement espagnol d'ouvrir un dialogue permanent sur l'indépendance de la Catalogne et son économie. Réponse de Madrid : nous ne négocierons jamais l'autodétermination de cette région.

Deux jours après un vote symbolique sur l'indépendance en Catalogne, la numéro deux du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a déclaré, en réponse à une question qui lui était posée au Sénat à Madrid, que l'autodétermination était un droit inexistant dans la Constitution et que Madrid n'avait aucune intention de répondre favorablement aux demandes de la Catalogne :

Ni ce parti, ni ce gouvernement ne donneront leur voix à un accord de sécession

A la mi-journée, le président de l'exécutif catalan Artur Mas avait demandé l'instauration d'un "dialogue permanent" avec le gouvernement espagnol en vue de négocier la tenue en Catalogne d'un véritable référendum d'autodétermination.

Madrid, lui a claqué la porte au nez.

Dimanche, 2,3 millions de personnes ont participé à un vote consultatif sur l'indépendance, qui en principe n'aurait pas dû se tenir car le Tribunal constitutionnel l'avait suspendu à la demande de Madrid.

La plupart étaient des sympathisants de la cause indépendantiste, et 1,8 million ont voté pour l'indépendance.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.