Gaspare Mutolo, un repenti de la mafia, témoigne après le décès de Toto Riina, chef de Cosa Nostra, mort ce vendredi à 87 ans, alors qu'il purgeait 26 peines de prison à vie.

Gaspare Mutolo, le repenti de la mafia, a donné une conférence de presse après la mort de Toto Riina
Gaspare Mutolo, le repenti de la mafia, a donné une conférence de presse après la mort de Toto Riina © AFP / Alberto PIZZOLI

Riina a été l'un des mafieux les plus violents et les plus redoutés que la Mafia ait produit. Celui qu'on appelait "la belva" (le fauve) a pris la tête de Cosa Nostra après avoir fait la guerre aux autres familles mafieuses pour imposer la sienne : les "Corleone" (du nom de sa ville de naissance). Une lutte pour le pouvoir qui a fait plusieurs centaines de morts.

Trafic de drogue, enlèvements, racket sont les activités classiques de la Mafia, mais à partir des années 80 Riina ne s'en contente plus et débute une campagne de violence contre les représentants de l'Etat qui le verra commanditer les meurtres des juges antimafia Giovanni Falcone (1992) et Paolo Borsellino (1992) et être l'un des cerveaux des attentats meurtriers de 1993 à Rome, Milan et Florence (10 morts au total).  

La violence démesurée, incontrôlable de Riina causera sa chute

Dénoncé par des repentis, Toto Riina est arrêté le 15 janvier 1993 et emprisonné dans une prison de sécurité maximum de Parme, avec contacts limités avec le monde extérieur, afin d'éviter qu'il ne dirige son organisation derrière les barreaux.

Toto Riina avait déjà connu la prison. A 19 ans, il abat son premier homme lors d'une fusillade à Corleone et passe ensuite six années derrière les barreaux. En 1963, il est à nouveau arrêté à Corleone. Emprisonné, il fait la connaissance d'autres mafieux, avant d'être acquitté lors d'un procès en 1969. Parmi ces hommes se trouve Gaspare Mutolo.

Gaspare Mutolo a accepté de parler ce vendredi à des journalistes. Il apparu le visage dissimulé par une cagoule

Mutolo a tué de ses mains, par strangulation, une vingtaine de personnes avant de décider en 1991 de "passer à table" et d’accepter le statut de collaborateur de justice. Aujourd’hui âgé de 76 ans, il raconte à Mathilde Imberty ce qu’ont été ces années de grande expansion de la mafia de Palerme dans les années 70 et 80 et qui était Toto Riina.

On ne tuait pas les femmes, mais avec Toto Riina on a commencé à tuer les femmes. On ne tuait pas les enfants et on a vu des enfants être tués.

Gaspare Mutolo et Toto Riina partagent la même cellule à Palerme en 1965. Gaspare apprécie le charisme de Riina, son intelligence "il était le seul à me battre aux dames" raconte-il, "pour moi il n’était pas le boss des boss c’était un ami. Il m'a aidé à ne pas être tué, il m’a sauvé la vie en me disant de ne pas me mettre du coté du clan Riccobono, car il préparait la disparition de toutes les familles ennemies…"

Sorti de prison Mutolo devient chauffeur de Riina et s’engage franchement dans Cosa Nostra. Il commet une vingtaine d’homicides dont il a du mal à parler aujourd’hui : "C’est douloureux parce que quand on regarde les gens dans les yeux et qu’ils ont la corde au cou, c’est la terreur qu’on lit dans leur regard avant de mourir."

Lorsque Riina voulait tuer un ami, d'abord il l'invitait à manger, il trinquait avec lui, puis l'étranglait

En 1991, écoeuré par la tournure que prend Cosa Nostra, Gaspare Mutolo se confie aux magistrats. Au juge Falcone en particulier qui sera tué par Cosa Nostra : "quand je séquestrais des personnes pour de l’argent je n’ai jamais touché aux femmes et aux enfants. Les palermitains ne faisaient pas ça ! Ce pacte Riina l’a rompu ! Et dans son euphorie, il a lancé les massacres des années 90."

Interrogé sur la succession de Toto Riina, Mutolo explique très calmement que les familles palermitaines décideront entre elles d’un nouveau nom. Selon lui, si l'Etat italien voulait vraiment éliminer la Mafia, une loi suffirait : "il faudrait condamner un homme politique pris en flagrant délit de collusion avec un mafieux à la même peine que le mafieux".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.