Bateau Indonésie
Bateau Indonésie © Reuters / Beawiharta

Sous la pression de L'ONU et des ONG internationales, les gouvernements Indonésiens et Malaisiens ont finalement accepté de porter secours aux milliers de migrants qui tentent de rejoindre leurs côtes.

Depuis plusieurs semaines, ces "boat people" fuyant la pauvreté au Bangladesh ou la repression en Birmanie se sont vus refuser l'accès aux territoires Malaysien Indonésien et Thaïlandais. Leurs embarcations étaient remorquées et refoulées par les autorités. Ils seraient près de 8.000 à dériver à l'entrée du détroit de Malacca. Même si certains ont eu plus de chance en trouvant de l'aide à l'extrême nord de l'Indonésie.

Les communautés de pêcheurs de la province musulmane d'Aceh n'ont pas attendu le feu vert du gouvernement pour venir en aide à plus de 500 réfugiés, affamés, exténués par une traversée qui pour certains a duré deux mois. Une grande partie appartient à l'ethnie Rohingya, elle aussi musulmane, une minorité originaire de Birmanie, violemment réprimée par la junte militaire.

"Solidarité confessionnelle"

Un sort auquel sont particulièrement sensibles les habitants de la pointe nord indonésienne, explique Phelim Kine le responsable de l'ONG Human Rights Watch :

Les pêcheurs de la région ont agi spontanément par solidarité confessionnelle vis-à-vis d'une population en détresse qui avait besoin d'aide, des hommes des femmes des enfants désespérées sur leurs bâteaux à la dérive sans nourriture sans eau . Tout ça, les pêcheurs l'ont fait sans l'accord du gouvernement indonésien et d'une certaine manière en s'exposant à des représailles de la part des autorités de la police.

La province musulmane d'Aceh, où est appliquée la charia, a lutté jusqu'en 2005 pour obtenir du gouvernement indonésien un statut partiellement autonome. Porter secours à la minorité birmane Rohingya est apparu comme une évidence une action qualifiée d'exemplaire par les ONG internationales un argument pour mettre le reste du pays face à ses responsabilités.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.