La Chine pourrait avoir localisé des débris
La Chine pourrait avoir localisé des débris © REUTERS/Jason Lee / REUTERS/Jason Lee

Des satellites chinois ont repéré des objets flottant dans la zone de recherches Sud de l'avion des Malaysia Airlines qui a disparu il y a deux semaines.

L'objet en question, qui mesure 22 mètres sur 13, a été observé le 18 mars par le satellite "Gaofen-1" à 120 km du lieu où d'autres débris avaient été signalés deux jours plus tôt, dans une zone très isolée située à l'ouest de l'Australie, précise la Commission chinoise de la science, de la technologie et de l'industrie pour la défense nationale sur son site internet.

Rien ne permet en outre de dire, à ce stade, que ces pièces appartenaient bien au Boeing 777 de la Malaysia Airlines, à bord duquel se trouvaient 239 personnes. Les recherches ont repris samedi avec six avions dans cette zone située à plus de 2.000 km au sud-ouest de Perth. La Chine, le Japon et l'Inde devaient également envoyer des avions.

Deux semaines de recherche

L'avion a décollé de Kuala Lumpur le 8 mars à 00h41 heure locale à destination de Pékin. A 01h07, la dernière transmission du système ACARS, qui fournit au sol des données de maintenance sur les moteurs, est reçue. A 01h19, une voix dans le cockpit déclare aux contrôleurs aériens malaisiens: "Eh bien, bonne nuit." Deux minutes plus tard, le Boeing 777 disparaît des écrans radar, son transpondeur a été désactivé. Aucun contact n'est passé avec la tour de contrôle d'Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam. Les recherches commencent. Deux semaines plus tard, elles impliquent plus de vingt pays qui ne disposent d'aucune piste sûre.

Pour les familles et les proches des passagers et des membres d'équipage, l'attente est insupportable, d'autant qu'un compte à rebours est enclenché depuis le 8 mars: passée une trentaine de jours, les batteries qui alimentent les "boîtes noires" de l'appareil et leur permettre d'émettre sous l'eau un signal dans un rayon limité entre 2 et 3 km seront épuisées.

Des responsables de la compagnie aérienne malaysienne se sont rendus à Pekin pour rencotrer des familles des disparus. Les précisions de Delphine Sureau

Malaysian Airlines
Malaysian Airlines © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.