barack obama confirme l'utilisation d'armes chimiques en syrie
barack obama confirme l'utilisation d'armes chimiques en syrie © reuters

Le président américain effectue actuellement une tournée de huit jours en Afrique, et devrait arriver dans la soirée en Afrique du Sud, où Nelson Mandela est toujours hospitalisé. Barack Obama, grand admirateur de Madiba, pourrait le rencontrer.

C'est le deuxième étape de sa tournée africaine, tet il espère pouvoir voir Nelson Mandela, 94 ans, hospitalisé dans un état critique en raison d'une infection pulmonaire.

Priée jeudi de dire si Barack Obama pourrait se rendre au chevet de Nelson Mandela, la Maison blanche a répondu que cela dépendrait de la famille de l'ancien président sud-africain, icône de la lutte contre le régime de l'apartheid.

"Nous nous soumettrons totalement aux souhaits de la famille de Mandela et travaillerons de concert avec le gouvernement sud-africain pour ce qui concerne notre visite", a déclaré à la presse au Sénégal le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Ben Rhodes.

Aucun rendez-vous public n'est à l'ordre du jour de Barack Obama vendredi soir, à son arrivée en Afrique du Sud. Il pourrait se rendre à ce moment-là à l'hôpital. Le président américain doit visiter durant le week-end Robben Island, où Mandela a passé des années en détention.

"Un héros" pour Obama

Le chef de l'Etat américain, au pouvoir depuis le début 2009, ne s'est rendu qu'une seule fois en Afrique avant cette tournée: une courte visite au Ghana au début de son premier mandat. Après sa visite sud-africaine, il conclura sa tournée sur le continent noir par la Tanzanie.

François Durpaire est spécialiste des Etats-Unis.

Premier président afro-américain, Barack Obama considère "Madiba" comme un héros. "J'ai eu le privilège de rencontrer Madiba et de m'entretenir avec lui. C'est un héros", a dit Obama jeudi. "Même s'il trépasse, son héritage lui survivra longtemps", a estimé Barack Obama.

La chance sourit au président américain

Aux Etats-Unis, Barack Obama vient d'enchaîner deux victoires politiques successives. D'abord la Cour Suprême a décidé d'autoriser le mariage gay au niveau fédéral. Une décision dont s'est réjoui le président américain, qui a également salué le vote par le Sénat de la réforme de l'immigration.

Si elle est validée par la Chambre des Représentants, elle ouvrira une filière de naturalisation pour les 11 millions d'étrangers aujourd'hui en situation irrégulière sur le sol des Etats-Unis. Elle consacrerait aussi 46 milliards de dollars de financements nouveaux pour renforcer la sécurité aux frontières et revoir le système d'attributions de visa.

Reportage à Los Angeles de Coralie Garandeau.

Depuis l'Afrique, Barack Obama a exhorté les représentants à s'engager sur la même voie que les sénateurs. "Aujourd'hui, le Sénat a fait son travail. C'est à présent à la Chambre d'en faire de même".Au Sénat, les promoteurs du texte ont insisté eux sur le nombre important de voix républicaines s'étant portées sur la réforme: 14 des 46 élus républicains et deux indépendants se sont joints aux 52 sénateurs démocrates, qui ont tous voté en faveur de la proposition de loi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.