Nelson Mandela en 2005  à l'occasion d'un concert cartitatif
Nelson Mandela en 2005 à l'occasion d'un concert cartitatif © Reuters / Mike Hutchings

Nelson Mandela, c'était une présence, un charisme, parfois quelques pas de danse... Et un souffle, une voix, de celles qui portent loin. France Inter vous propose de réécouter Madiba à des moments-clés de sa vie et de ses combats.

1961. Nelson Mandela est l'opposant symbolique au pouvoir politique sud-africain, et à l'apartheid. Symbolique et actif : il fonde l'aile armée de l'ANC, dont il devient le commandant en chef. Il donne alors une interview, pour préciser les revendications de son mouvement.

Ce sera la dernière avant sa condamnation à la prison à vie

La voix du leader va alors s'éteindre pendant près de 30 ans, derrière les barreaux.

"Je vous remercie tous, au nom de la paix"

1990. Le nouveau président sud-africain Frederik De Klerk lève l'interdiction de l'ANC, et annonce la libérationo de Nelson Mandela, sans condition.

Il sort le 11 février, et prononce un discours historique, en zoulou et en anglais

Le même jour, Nelson Mandela s'explique sur les raisons qui l'ont poussé à choisir la lutte armée dans les années 60.

"Une action purement défensive contre la violence de l'apartheid"

Son combat se déroulera désormais sur un autre plan, le plan politique.

Le Nobel, un "encouragement aux forces démocratiques"

15 octobre 1963. Nelson Mandela et Frederik De Klerk obtiennent tous deux le prix Nobel de la Paix, pour leur "travail pour l'élimination pacifique du régime de l'apartheid".

Nelson Mandela le prend comme un signe vers la fin définitive de l'apartheid

Nelson Mandela ne le sait pas encore, mais il sera le successeur de Frederik De Klerk à la tête du pays peu de temps après.

"Je suis là, devant vous, rempli de fierté et de joie"

27 avril 1994. L'ANC obtient 62,6% des voix lors des premières élections multiraciales. Le 10 mai, Nelson Mandela est investi président. Il nomme Frederik De Klerk et Thabo Mbeki vice-présidents.

Et il reprend les mots de Martin Luther King : "free at last", "enfin libre(s)".

Une voix qui s'est éteinte aujourd'hui. Elle s'était déjà éteinte, temporairement et symboliquement, il n'y a pas si longtemps. C'était devant la caméra de Raymond Depardon, qui lui avait demandé... une minute de silence.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.