Le président américain reçoit jeudi son homologue chinois dans sa luxueuse résidence. Des séjours hors Maison Blanche de plus en plus décriés, et pas seulement pour leur coût.

L'entrée de Mar-a-lago, le domicile de Donald Trump en Floride. Pour avoir le droit d'entrer ici, il faut une carte de membre... à 100 000 dollars.
L'entrée de Mar-a-lago, le domicile de Donald Trump en Floride. Pour avoir le droit d'entrer ici, il faut une carte de membre... à 100 000 dollars. © Radio France / Géraldine Hallot

Ce n'est pas la première fois qu'un président américain reçoit des dirigeants étrangers dans une résidence privée, loin de la très officielle Maison Blanche à Washington. On pense notamment à Camp David, lieu de villégiature officiel du président, où se sont rencontrés Bill Clinton, Yasser Arafat et Ehud Barak.

Mais la résidence de Mar-a-Lago, en Floride, est particulière. D'abord par son opulence presque indécente : à l'époque de sa construction, tout le stock de feuilles d'or du pays avait été utilisés pour décorer l'une des pièces de la villa. Construite sur le front de mer dans les années 1920, par la riche héritière Marjorie Merriweather Post, la propriété avait été mise à disposition par cette dernière à l'État américain dans son testament. Sauf que les frais de maintenance (un million de dollars par an) avaient refroidi le gouvernement de l'époque.

► ÉCOUTEZ | Visite guidée de la résidence avec notre reporter Frédéric Carbonne

Plus grande, plus récente

Donald Trump, lui, n'a pas eu ces états d'âmes en la rachetant en 1985, pour dix millions de dollars. Depuis, il en a fait sa "Maison Blanche d'hiver", un lieu où il aime à organiser ses rencontres présidentielles. En février, le Premier ministre japonais Shinzo Abe y avait passé la nuit. Xi Jinping, lui, y sera reçu mais n'a pas tenu à y séjourner. Il faut dire que lors de la visite japonaise, des photos des dirigeants en train de dîner dans le luxueux bâtiment (alors qu'ils venaient d'apprendre un test de missile nord-coréen) avaient fait polémique.

L'autre problème de Mar-a-Lago, c'est le coût des déplacements présidentiels sur place. Selon Politico, chaque déplacement de Trump sur place coûte trois millions de dollars. Un coût gonflé notamment par le transfert des opérations présidentielles dans la résidence. À chaque fois, il faut aussi, pour des raisons de sécurité, fermer l'espace aérien du secteur ou bloquer les routes. Environ 200 vols restent cloués au sol chaque jour où Trump se trouve à Mar-a-Lago.

Outre son coût pour le contribuable américain, la résidence de Mar-a-Lago est aussi un cauchemar pour les services de sécurité. Contrairement à la Maison Blanche ou à Camp David, le lieu n'est pas sécurisé et il est même ouvert au (très riche) public, puisque Donald Trump lui-même l'a aménagé en club, avec plage, courts de tennis et salle de bal. C'est donc un lieu de passage : pour 100 000 dollars, n'importe qui peut se procurer une carte de membre et croiser Donald Trump lui-même, ou l'un de ses prestigieux invités.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.