Aux États-Unis, les médecins partent en guerre contre la NRA, le lobby pro armes. Depuis une dizaine de jours, ils sont de plus en plus nombreux à prendre la parole dans les médias et sur les réseaux sociaux pour dénoncer le problème de santé publique que représente la violence par armes à feux dans ce pays.

La police se trouve toujours à l'hôpital Mercy de Chicago où quatre personnes ont été tuées par balles le 20 novembre 2018
La police se trouve toujours à l'hôpital Mercy de Chicago où quatre personnes ont été tuées par balles le 20 novembre 2018 © AFP / Getty Images North America / Scott Olson

Suicides et homicides à l'arme à feu causent 36 000 morts chaque année aux États-Unis. Les chirurgiens, médecins et infirmiers ont décidé de s’exprimer publiquement après un message particulièrement agressif de la NRA leur demandant de se mêler de ce qui les regarde.

Fin octobre, l’une des revues médicales les plus en vue du pays, publie un long papier sur les conséquences sanitaires des violences par armes à feux, et prône une interdiction des fusils semi automatiques. La NRA attend quelques jours puis adresse ce message aux médecins américains : "stay in your lane", restez dans votre domaine, en clair "mêlez-vous de ce qui vous regarde".

Depuis, sur les réseaux sociaux, des dizaines de chirurgiens, de médecins, d’infirmiers postent des photos de salles d’opération ensanglantées, de blessures par balles, avec le mot dièse : "this is our lane", "c’est notre domaine".

Les violences par armes à feux sont devenues un problème majeur de santé publique aux États-Unis. 

Le professeur Peter Masiakos dirige l’unité traumatologie pédiatrique du grand hôpital de Boston. Il explique "Nous prenons soin chaque jour de ces patients. Et tous les jours nous sommes témoins des massacres causés dans ce pays par les armes à feu depuis trente ans. Sans jamais que la situation ne s’améliore… Alors quand on vient nous dire : 'restez dans votre domaine de compétence', en gros 'occupez-vous de ce qui vous regarde, et concentrez-vous sur la chirurgie ou la médecine', c’est injuste. Les violences par armes à feux sont devenues un problème majeur de santé publique aux États-Unis. Personne n’est épargné, tout le monde de près ou de loin a été touché par ça. Donc ce ne sont pas seulement les chirurgiens qui doivent se mêler de ce problème, c’est tout le monde."

Les photos publiées par ces médecins viennent de tout le pays. Elles sont violentes et destinées à choquer. On y voit le sang qui recouvre le sol des salles d’opération ou encore les blouses des infirmiers afin que tout le monde prenne conscience de la réalité et des conséquences d’une fusillade. 

C'est d'ailleurs le souhait du professeur Peter Masiakos : "Ce qui me contrarie le plus c'est la façon dont on réduit les morts à des statistiques. On entend parler chaque jour d’une nouvelle fusillade à Chicago, ou à Boston. Et tout le monde veut une seule chose : connaitre le nombre de victimes annoncé par la télévision ou la radio. En réalité, les victimes et nos patients, ne sont plus que des chiffres. Vous savez, on en a vraiment assez, il faut qu’on s’exprime là-dessus."

Alors que la mobilisation des personnels soignants prend de l’ampleur, lundi soir une fusillade a éclaté sur le parking de l’un des principaux hôpitaux de la ville de Chicago, tuant un médecin des urgences, un policier, et une étudiante en pharmacie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.