L'interview dimanche soir du Prince Harry et de son épouse Meghan Markle chez Oprah Winfrey a fait l'effet d'une bombe en Grande-Bretagne. L'affirmation de Meghan concernant les inquiétudes de la famille royale sur la couleur de peau de son fils a le plus choqué. L'interview est diffusée ce lundi soir en France.

L'interview du Prince Harry et de son épouse Meghan Markle a fait l'effet d'une bombe en Grande-Bretagne
L'interview du Prince Harry et de son épouse Meghan Markle a fait l'effet d'une bombe en Grande-Bretagne © AFP / Glyn KIRK

L'entretien sur CBS accordé à Oprah Winfrey par Meghan Markle et son époux le Prince Harry a un effet dévastateur au Royaume-Uni, faisant trembler la monarchie. Les médias britanniques font tous leur une sur le sujet. Le couple princier, en désaccord avec la famille royale, est exilé aux États-Unis.  

Selon Meghan Markle, dont le père est blanc et la mère noire, son mari lui a révélé que certains membres de la famille royale s'étaient souciés de la couleur de peau qu'allait avoir leur bébé, lorsqu'elle était enceinte d'Archie. L'enfant aura deux ans en mai. Harry a été informé "d'inquiétudes et de conversations [...] quant à savoir à quel point sa peau serait foncée quand il naîtrait", a-t-elle déclaré. 

Le couple Meghan et Harry lors de leur interview-choc avec Oprah Winfrey sur CBS
Le couple Meghan et Harry lors de leur interview-choc avec Oprah Winfrey sur CBS © AFP / Joe PUGLIESE / HARPO PRODUCTIONS

Oprah Winfrey lui a alors demandé si les personnes en question s'inquiétaient du fait qu'il puisse être "trop foncé". "Si c'est l'hypothèse que vous faites, je pense que vous ne prenez pas de risque", a répondu Meghan Markle.

Devant l'émoi créé notamment par ces déclarations, Oprah Winfrey a apporté une précision ce lundi dans l'émission du matin de CBS This Morning : "Le Prince Harry a voulu s'assurer que je sache [...] que ce n'était ni sa grand-mère, ni son grand-père qui avaient formulé des inquiétudes sur la couleur de peau de leur bébé", a déclaré l'animatrice à l'émission CBS This Morning. 

Lors de l'interview dimanche, la duchesse du Sussex a également affirmé que la racisme à l'intérieur de la famille royale et le rôle des médias font partie des raisons pour lesquelles elle ne voulait plus vivre. 

De son coté, la tenniswoman Serena Williams, amie de Meghan Markle, a rédigé un post sur son compte Instagram  : 

L'impact de l'oppression et de la victimisation est affligeant, isole et est souvent meurtrier.

La fille de Martin Luther King, Bernice King a également réagi aux déclarations de Meghan Markle : 

La Royauté n'est pas un bouclier face aux ravages du racisme.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La presse britannique a fait toutes ses unes avec l'interview-choc du couple princier lundi matin : 

Pour The Times, quel que soit ce que la famille royale attendait de cette interview, c'est encore pire !  

Les accusations de racisme étant tellement graves, Daily Mail a publié une deuxième une à 3 heures du matin lundi en titrant : 

À quel point la peau du bébé sera-t-elle foncée ? 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De son coté, The Daily Telegraph estime inutile pour la famille royale de "se cacher" : 

La famille royale a besoin d'un gilet pare-balles. Il y avait assez d'obus pour faire couler une flottille. 

Pour la BBC, "c'est une interview dévastatrice" qui révèle "les pressions terribles au sein du palais" et dresse "l'image d'individus insensibles perdus dans une institution" qui l'est tout autant.  

La monarchie n'est pas un bouclier face au racisme.

Toujours sur la BBC, le correspondant chargé de la famille royale a déclaré : l'accusation selon laquelle il y avait des discussions au palais sur le niveau de couleur du futur bébé de Meghan est dévastatrice. 

C'est le pire scénario possible pour le palais.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le tabloïd Daily Mirror insiste lui sur l'"immense tristesse" du prince héritier Charles, père d'Harry, et de son autre fils William.

Le couple Harry et Meghan vit désormais en Californie, près de Los Angeles. Il attend son deuxième enfant.

En France, l'interview sera diffusée dans son intégralité ce lundi soir sur TMC à 21h15.