L'ONG a été fondée en 1989, au tout début de la Perestroïka
L'ONG a été fondée en 1989, au tout début de la Perestroïka © Radio France

En Russie, la Cour Suprême, devait décréter ce jeudi la dissolution de Memorial. Cette ONG est la plus ancienne et la plus active des associations de défense des droits de l’homme du pays. La décision est reportée au 17 décembre.

Elle avait été fondée dès 1989, par d’anciens dissidents soviétiques comme le Prix Nobel de la paix, Andrei Sakharov.

"L'organisation Memorial a forcement tort car depuis toujours, elle échappe au contrôle du Kremlin". C'est à peu près le motif qui justifie que la Cour Suprême ait été saisie au nom d'une loi votée en 2012. Cette loi oblige toute ONG au financement international à se déclarer "agent de l'étranger". Or si Memorial y a été contrainte autoritairement, les 50 associations de défense des droits de l'Homme qu'elle regroupe ne l'ont jamais admis.

L'objectif de Mémorial est aussi historique. L'ONG veut répertorier les crimes de l'URSS ou du stalinisme.

A Memorial, on a toujours refusé ce qualificatif infamant, d'"agent de l'étranger". Alexandre Tcherkassov, l'un de ses dirigeants, promet de ne pas baisser les bras mais compte aussi sur le soutien des occidentaux, "Nous allons continuer notre travail même si la situation est difficile," assure-t-il.

La dissolution de Memorial est contestée jusque dans les rangs du pouvoir. La décision de la justice qui devrait être rendue le 17 décembre sera avant tout politique.

L'analyse de notre correspond à Moscou Marc Crépin :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.