les experts renoncent à se rendre sur le site du crash du vol mh17
les experts renoncent à se rendre sur le site du crash du vol mh17 © reuters

Les violents combats entre l'armée ukrainienne et les forces séparatistes pro-russes empêchent à nouveau les experts internationaux se rendre sur les lieux du crash du vol MH17.

Des experts accompagnés de policiers néerlandais et australiens devaient se rendre sur place notamment pour sécuriser les lieux et éviter que des éléments de l'avion désintégré ne soient altérés.

Le site est toujours sous le contrôle des séparatistes.

Alors que l'intégrité du site n'a jamais été préservée depuis le crash, Alexander Hug, directeur adjoint de la mission en Ukraine de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dit craindre que les combats en cours entre les forces régulières ukrainiennes et les rebelles pro-russes aient des conséquences supplémentaires sur l'intégrité du site où le vol MH17 s'est écrasé, le 17 juillet, avec 298 personnes à son bord.

A ce jour les deux boites noire ont été récupérées et sont entre les mains des experts. De nombreux corps ont déjà été emmenés aux Pays-Bas pour être identifiés, mais d'autres sont encore en Ukraine.

Du coup, si l'enquête progresse aux Pays-Bas, où une première victime a été identifiée, elle piétine sérieusement en Ukraine.

Les explications de Pierre Bénazet

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte renonce également à l'envoi d'une mission militaire internationale pour sécuriser le site de la catastrophe aérienne, car dit-il, ce n'est pas réaliste en ce moment".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.