Démocrates (surtout) et républicains (un peu) ont rivalisé d'imagination pour assurer une présence à leurs candidats et à leurs idées sur les réseaux sociaux et inciter les électeurs à voter.

Facebook a créé une "war room" pour lutter contre la désinformation lors des midterms
Facebook a créé une "war room" pour lutter contre la désinformation lors des midterms © AFP / NOAH BERGER

Après la victoire de Trump en 2016, qui s'est largement faite grâce aux réseaux sociaux, les démocrates ne sont pas en reste pour cette campagne des midterms. 

Pour cette échéance, les anti-Trump et les candidats démocrates dans leur ensemble sont plus prolifiques et inspirés sur les réseaux sociaux que les républicains. 

Exemple avec cette vidéo devenue virale d'une jeune chanteuse amatrice féministe grâce à son titre "Des temps effrayants" et qui appelle à aller aux urnes pour se faire entendre :

La communauté LGBTQ et son clip "Vote"

Le collectif And Sing Out, Louise! composée de membres des associations Gays Against Guns, the Women's March, Rise and Resist and Moms Demand Action a repris le titre "Vogue" de Madonna et l'a transformé en "Vote" dans une vidéo en noir et blanc. 

Warren, Booker, Carmen Cruz, Beto’s turning Texas blue. Bernie, Hill? Who’s your fave? Get to work and ride the wave. John Lewis, MLK, Rosa Parks, you showed the way. Mandela, Ghandi ji—dreamed a world and it came to be. 

La vidéo cynique qui fait mouche

À deux semaines du scrutin, une vidéo lancée par le groupe liberal Acronym est elle aussi devenue virale. Elle montre des seniors résumant tout ce pour quoi leur catégorie sociale vote... 

Le candidat qui endoctrine ses enfants

Ron Desantis est candidat républicain au poste de gouverneur de Floride. Il est soutenu par Donald Trump. Sa vidéo de campagne a marqué les esprits. Il apprend à ses très jeunes enfants à devenir de "bons" citoyens pro-Trump...

Les démocrates plus populaires que les républicains

Les candidats démocrates à la Chambre, au Sénat et aux postes de gouverneurs ont reçu  15,1 million d'interactions sur Facebook sur une période de 30 jours étudiée par le New York Times, environ trois fois plus que les 5,4 millions d'interactions reçus par les candidats républicains. 

Les démocrates ont gagné de nombreux followers grâce à leur solide organisation, véritable maillage du pays via les réseaux. Sans parler des milliers de bénévoles venus notamment de l'industrie des nouvelles technologies comme l'organisme Tech for campaigns qui ont collaboré à mettre en place des campagnes sur les réseaux sociaux.

Des républicains ont d'ailleurs accusé Twitter de parti-pris contre les conservateurs.

Qui sont les "stars" des réseaux ?

Les sénateurs démocrates Bernie Sanders (Vermont, ancien candidat à la primaire démocrate face à Hillary Clinton pour la présidentielle de 2016), Elizabeth Warren dans le Massachusetts (appelée "Pocahontas" avec mépris par Trump en raison de ses origines indiennes) et le candidat texan au Sénat Beto O’Rourke, qui compte plus de 600 000 followers sur Facebook et Twitter et 250 000 sur Instagram, sont les trois grands gagnants de la course à la popularité sur les réseaux sociaux. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.