Les démocrates comptent sur une nouvelle génération pour reprendre des postes aux républicains et au président Donald Trump. En Géorgie, ils ont choisi Stacey Abrams pour la course au poste de gouverneur. Elle pourrait devenir demain la première femme afro-américaine dans cette fonction.

Stacey Abrams, candidate démocrate au poste de gouverneur en Géorgie le 2 novembre 2018 à Atlanta.
Stacey Abrams, candidate démocrate au poste de gouverneur en Géorgie le 2 novembre 2018 à Atlanta. © AFP / Jessica McGowan GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Une campagne à gauche

Dernier jour avant les élections de mi-mandat demain aux États-Unis. Les Américains renouvellent tous les sièges de la Chambre des Représentants, un tiers du Sénat… Ils élisent aussi une grande partie des gouverneurs des États. Et une femme, afro-américaine, jeune, 44 ans, à la tête d’un État plutôt républicain comme la Géorgie, ce serait une prise majeure pour les démocrates. Stacey Abrams incarne, comme quelques autres, les espoirs du parti pour ces élections de mi-mandat.

Elle fait campagne à gauche ("non à la discrimination, oui à l’immigration") et appelle à un contrôle plus strict des armes à feu. Ses soutiens ne négligent aucun comté pour la conduire à la victoire. La clé, disent-ils, c’est la participation, celle des jeunes, celle des femmes aussi… Comme Jennifer Jones, l’une des volontaires de la campagne de Stacey Abrams :

C’est un modèle pour toutes les femmes, pas seulement les Afro-américaines… Stacey a montré qu’une femme pouvait y arriver. Il y a eu tant de propos désobligeants sur les femmes qu’on doit se mobiliser, appeler au changement. On doit changer cela en allant voter.  Nous, les femmes, avons dans cet État l'opportunité de choisir une femme gouverneur, donc on doit être les premières à voter.

Un parcours brillant... et laborieux

Ironie de l'histoire, Stacey Abrams s'est déjà rendue dans la résidence officielle du gouverneur de Géorgie... ou en tout cas à sa porte. En 1991, tout juste diplômée d'un lycée de la banlieue d'Atlanta, elle y est invitée à la cérémonie de remise des diplômes. Mais, aléa de la vie, la voiture familiale tombe en panne et toute la famille Abrams se voit contrainte de finir le trajet en bus. C'est même à pied qu'ils parcourent les derniers mètres jusqu'à arriver devant le vigile qui, n'envisageant pas une seconde que Stacey Abrams puisse être concernée par la remise des diplômes, leur refuse l'entrée.

C'était sans compter sur les parents Abrams, biberonnés à la lutte pour les droits civiques. Après quelques échanges, ils finissent par rentrer mais Stacey, un peu plus tard, dira :

Je ne me souviens pas d'avoir rencontré le gouverneur de Géorgie ou mes camarades diplômés. Tout ce que je garde en mémoire, c'est cet homme à la porte me disant que ce n'était pas ma place.

Membre d'une famille de six enfants, Stacey Abrams a connu la pauvreté matériel. Parfois sans eau ni électricité, la maison en revanche était emplie de livres et lire l'encyclopédie était considéré dans le foyer comme une activité ludique. La potentielle future première gouverneure noire des États-Unis a écrit huit romans sous le pseudonyme Selena Montgomery, a été avocate, entrepreneuse, connaît par cœur la série "Buffy contre les vampires" et est une inconditionnelle de Star Trek. Elle est aussi soutenue publiquement par des figures "people" comme Oprah Winfrey ou Will Ferrell.

Un duel très indécis

Stacey Abrams affronte le Républicain Brian Kemp, que Donald Trump en personne est venu soutenir hier. Dans les sondages, Abrams est au coude-à-coude avec son rival républicain… Elle a pour sa part reçu vendredi la visite de Barack Obama, preuve de l’importance du duel pour les deux camps.

La candidate doit séduire une partie des populations rurales, généralement acquises au camp républicain dans cet État.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.