Des migrants arrivent à la frontière austro-hongroise
Des migrants arrivent à la frontière austro-hongroise © MaxPPP

Les dirigeants des trois pays se sont rencontrés pour évoquer leur réaction commune à une éventuelle fermeture des frontières en Allemagne et en Autriche. Ils accusent leurs deux voisins de vouloir les laisser gérer seuls l'afflux de réfugiés.

C'est l'une des portes d'entrée vers l'Union européenne, ou plutôt vers certains pays de l'Union, comme l'Allemagne et l'Autriche. Mais ces derniers pourraient bien décider de couper la route aux réfugiés et de les laisser à leurs propres frontières. Évidemment, les pays qui se trouvent sur cette route ne voient pas les choses de la même façon, et ont dit clairement ce samedi qu'ils ne comptaient pas accueillir les migrants à la place de leurs voisins plus riches.

Pour le Premier ministre bulgare Boïko Borissov, pas question de se retrouver isolé face à la situation. Bugarie, Serbie et Roumanie ne veulent pas devenir "des zones tampons".

Nous sommes prêts, pour le cas où l'Allemagne et l'Autriche fermeraient leurs frontières, à faire en sorte que nous ne devenions pas des zones tampons. Nous sommes prêts à fermer les frontières.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dit souhaiter qu'un groupe de dirigeants européens s'accordent sur des mesures à court terme sur la crise des migrants dans l'ouest des Balkans. Les pays concernés en discuteront dimanche, lors d'un sommet qui les réunira tous.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.