La gare de Copenhague sans migrants après la suspension des liaisons ferroviaires entre l'Allemagne et le Danemark
La gare de Copenhague sans migrants après la suspension des liaisons ferroviaires entre l'Allemagne et le Danemark © Radio France / Philippe Randé

La compagnie danoise de chemins de fer DSB a annoncé ce jeudi que les liaisons ferroviaires avec l'Allemagne allaient reprendre dans la journée, au lendemain de la suspension de ces liaisons par la police en raison d'un afflux de migrants.

La veille, sur ordre de la police, la compagnie danoise avait suspendu les liaisons grandes lignes avec l'Allemagne, traduisant concrètement les franches réticences exprimées les semaines précédentes par le gouvernement danois d’accueillir les flux de réfugiés sur son territoire. La police aurait pris cette décision après que plusieurs migrants eurent refusé de descendre de train à leur arrivée au Danemark. Ce jeudi, la DSB a annoncé leurs rétablissement partiel dans la journée.

340 réfugiés bloqués mercredi dans deux trains

La DSB a indiqué que les services vers l'Allemagne allaient reprendre normalement jeudi via le passage de la frontière terrestre à Padborg, dans l'extrême sud du Danemark, mais que la traversée en ferry resterait fermée aux trains "en raison du travail de la police aux frontières". De son côté, l'opérateur du ferry, Scandlines, a annoncé que seuls les passagers voyageant en voiture seraient acceptés dans les ferries entre Rødby et Puttgarden en Allemagne. Au moins deux trains transportant 340 réfugiés sont restés bloqués dans la journée de mercredi à Rødby, port situé à 135 km au sud-ouest de Copenhague, principal point de passage par ferry entre l'Allemagne et la Scandinavie. Les migrants refusaient de descendre pour demander l'asile au Danemark, dont la politique d'immigration est plus restrictive.

La police a par ailleurs annoncé qu'elle allait laisser passer sur le territoire du pays les réfugiés qui s'y trouvaient et ne souhaitaient pas y demeurer, préférant poursuivre leur route vers la Suède.

Le Danemark n’accorde que des droits de résidence provisoires

Au terme de longues négociations, une centaine de personnes ont finalement renoncé et accepté de rester au Danemark. Les quelque 240 autres ont été autorisées plus tard à descendre du train, sans que la police n'intervienne. Si la Suède est avec l'Allemagne l'une des destinations privilégiées des réfugiés, notamment syriens, qui arrivent en Europe, le Danemark est moins attrayant et a lui-même tâché de l'être en n'accordant que des droits de résidence provisoire, en compliquant le regroupement familial et en réduisant les allocations pour les nouveaux arrivants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.