La photo du corps d'un très jeune enfant syrien, échoué sur une plage de Turquie alors qu'il fuyait son pays avec d'autres réfugiés, est à la une de presque toute la presse européenne et des réseaux sociaux ce jeudi. Objectif : faire (enfin) réagir.

Un enfant syrien mort sur une place de Turquie à la une de la presse britannique
Un enfant syrien mort sur une place de Turquie à la une de la presse britannique © MaxPPP / Dogan News Agency

C'est une photo choc, de celles qu'on a du mal à décrire avec des mots, et qui a provoqué une vive émotion sur les réseaux réseaux sociaux mercredi soir, avant d'atterrir en une de tous les journaux britanniques ce matin. Celle d'Aylan Kurdi, petit garçon de trois ans, mort dans un double naufrage en Méditerranée alors qu'il fuyait avec son frère aîné (mort lui aussi) la ville de Kobané, en Syrie, théâtre de violents affrontements entre djihadistes de l'organisation État islamique et les miliciens kurdes.

Son corps a finalement été découvert sur une plage de Turquie , et c'est là que l'agence turque "Dogan News Agency" a saisi cette image. La photo a rapidement fait le tour d'Internet, provoquant de nombreuses réactions choquées en particulier en Europe, où la situation des réfugiés venus notamment de Syrie est au coeur du débat depuis plusieurs semaines. Le mot-dièse (en Français, "Humanité échouée" ) a fleuri un peu partout sur Twitter.

Décryptage avec Benjamin Illy

Mais c'est à la une des quotidiens britanniques qu'elle a sans doute eu le plus d'impact. Tous ou presque se sont emparés de l'image , avec des titres évocateurs : "Insupportable", "L'enfant de quelqu'un", "La réalité : pourquoi l'Europe doit agir maintenant", "L'Europe n'a pas pu le sauver" ...

Les quotidiens britanniques du 3 septembre 2015
Les quotidiens britanniques du 3 septembre 2015 © / Christophe Payet

Même le Premier ministre Manuel Valls a réagi dans la matinée sur Twitter, en reprenant la fameuse photo.

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés, plus de 2.500 personnes ont déjà trouvé la mort en tentant de rejoindre l'Europe par la mer depuis le début de l'année.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.