Bientôt finie, la cigarette à Milan. Ce sera totalement en 2025, mais à partir de ce 1er janvier, il sera désormais interdit de fumer à moins de 10 mètres de quelqu'un en extérieur. Et Milan veut même donc aller plus loin pour lutter encore davantage contre la pollution.

Milan veut améliorer la qualité de l'air
Milan veut améliorer la qualité de l'air © Radio France / Bruce de Galzain

Adieu la cigarette dans les parcs, les stades, à l'arrêt du bus ou même les places comme celle du Duomo, si vous êtes à moins de 10 mètres de quelqu'un. Lorena, 29 ans, vient de l'apprendre : "C'est terrible pour moi, ça me choque même, je fais déjà en sorte de ne pas fumer quand je suis trop près des gens, je le fais déjà par respect. Mais c'est vrai, ça pollue", reconnaît Lorena. "Je pense que ça peut améliorer la santé des fumeurs et après il faut sauvegarder l'environnement, tous ces mégots qui sont jetés partout, peut-être qu'il n'y en aura plus !" 

"Mais on doit aussi pouvoir rester libre. Ça enlève un peu de liberté aux citoyens. Il y en a surement qui vont se rebeller."

Andrea fume lui aussi et, si l'environnement c'est important, le porte-monnaie également et finalement la méthode italienne (milanaise) est peut-être meilleure que la française. "J'étais en France en septembre et là les cigarettes coûtent deux fois plus cher et je me suis rendu compte qu'on m'en demandait tout le temps", raconte Andrea. "Donc ceux qui ont les moyens peuvent fumer quand même. Alors que si c'est interdit, tu arrêtes, c'est sûr !"

Des mesures pour réduire la pollution

L'objectif de Milan c'est d'abord de lutter contre la pollution, au point d'interdire aux magasins, en 2022, de laisser leur porte ouverte pour éviter de consommer trop de chauffage ou de climatisation. Luca tient un magasin de chemises italiennes dans la galerie qui donne sur le Duomo, il apprécie peu cette initiative en ces temps de crise. "Même si tu penses ne rien acheter, en voyant la porte ouverte tu rentres, alors que si elle est fermée tu ne rentres même pas et puis ce ne sont pas les magasins qui polluent le plus, surtout ici à Milan", affirme Luca. "Commençons déjà par changer les chaudières au gazole qui polluent énormément ! Au lieu d'interdire aux magasins d'ouvrir la porte, qu'ils incitent vraiment les gens ou les obligent à changer leur chaudière pour moins polluer comme ils le font avec le bonus auto. Faut faire pareil dans tous les vieux immeubles et tu verras que ce sera déjà beaucoup."

C'est déjà ce que prévoit le gouvernement qui incite financièrement à changer de chaudière. Les chaudières au gazole seront totalement interdites à Milan à partir d'octobre 2022. Les fours à bois des pizzeria devront eux respecter de nouvelles normes.