Les réactions hostiles après l’élection d’une femme à la peau mate au titre de Miss Algérie 2019 a rappelé combien le racisme anti-Noirs était important dans ce pays. Mais en Afrique du Nord, la négrophobie n’est pas propre à l’Algérie, ses voisins sont confrontés au même problème.

Miss Algérie 2019 a la peau trop noire pour être algérienne selon certains internautes
Miss Algérie 2019 a la peau trop noire pour être algérienne selon certains internautes © DR

Elle s’appelle Khadidja Benhamou, une jeune femme aux cheveux bouclés et à la peau mate et, depuis ce vendredi 4 janvier 2018, elle ne peut que constater que certains de ses compatriotes maîtrisent plutôt mal la géographie algérienne. Originaire de la ville de Adrar, en plein cœur du pays, dans le désert, à 1400 kilomètres au sud-ouest d’Alger, Khadidja Benhamou a été élue vendredi dernier Miss Algérie 2019. Depuis, un déluge de tweets et de posts a arrosé la toile algérienne, les moins virulents estimant que la jeune femme ne représentait pas la beauté du pays quand d'autres, plus violents, insultaient sa couleur de peau. Si la situation n'est pas des plus agréables pour une Algérienne qui n’a rien demandé - si ce n’est à être reconnue pour sa beauté -, le phénomène n’est pas nouveau et rappelle qu’au Maghreb, le rapport entre Africains du nord et Noirs n’a jamais été vraiment serein.  

Tout le monde se souvient de ces images de la chaîne CNN reprises dans le monde entier et révélant des scènes d’un autre temps. Des Africains, noirs, vendus au plus offrant dans un marché clandestin en Libye, tout près de la capitale, Tripoli. 

C’était en novembre 2017, et à l’époque, le monde s’indignait pour un fait que les militants des Droits humains, tunisiens, algériens ou marocains dénoncent depuis longtemps. Car ces pays ont beau être en partie composés de ressortissants à la peau plus ou moins noire et avoir des frontières communes avec des états où les Noirs sont majoritaires, ils ne sont pas épargnés par la négrophobie.  

"Strictement interdit de louer des appartements à des Africains"

Des propos, des actes, des délits racistes sont constatés - et dénoncés - régulièrement. Au Maroc, par exemple des immeubles de la capitale affichaient il y a encore quelques années et sans vergogne les messages suivants : "Strictement interdit de louer des appartements aux Africains", révélant là aussi le peu d'appétence de certains propriétaires marocains pour la géographie.  

Mais ces messages discriminants ne sont rien à côté des drames que connaît régulièrement le nord du Maroc. À Tanger, quasi cul-de-sac pour beaucoup de sub-sahariens aspirant à traverser le détroit de Gibraltar et gagner l’Europe, les cas de Noirs tués par des Marocains sont courants.

Dans le quartier populaire de Boukhalef, à plusieurs reprises, des migrants ont été tués, le plus souvent à l’arme blanche. "Nous ne sommes pas racistes, mais nous ne voulons pas de Noirs ici !" avouaient sans honte des résidents marocains du quartier lors d’un rassemblement hostile aux migrants, fin 2013, quelques jours seulement après la mort d'un Sénégalais et d'un Camerounais.

"Le Sahara, frontière infranchissable"

La Tunisie n'est pas en reste. Dans ce pays où pourtant 15% de la population est noire, les étudiants sub-sahariens, en nombre, sont régulièrement attaqués. Le 23 décembre 2018, la dernière victime en date n’est autre que le président d’une association d’Ivoiriens dans le pays. Tué, selon certains témoins, par des voleurs quand les membres de sa communauté assurent qu’il est mort à cause de sa couleur.  

En 2015, c'est l'élimination - sur erreur d'arbitrage - de la Tunisie par la Guinée équatoriale lors de la Coupe d'Afrique des Nations de football qui a provoqué des violences contre des étudiants noirs dans les faubourgs de Tunis.

Comment expliquer ce rejet de l'Afrique et ce racisme anti-Noirs dans des pays appartenant pourtant à ce même continent africain et à l'Histoire commune ?

Pour ce qui concerne le royaume chérifien, le poète Omar Berrada avance une explication dans le recueil Le Tissu de nos singularités - Vivre au Maroc (Collectif du vivre ensemble) : "Un des éléments de la désidentification du Maroc vis-à-vis de l’Afrique est la vision courante du Sahara comme une frontière infranchissable, une immense barrière stérile marquant la séparation entre deux mondes, au mépris de siècles d’échanges commerciaux et de circulations culturelles dont le Sahara fut le théâtre. Ce désert, parsemé d’oasis, est sillonné de routes qui furent longtemps très fréquentées. Elles ont progressivement cessé de l’être, avant la colonisation proprement dite, avec la pénétration européenne dans le continent."

Mais si cette théorie peut éclairer sur la raison pour laquelle le Maghreb tourne le dos au continent africain, elle n'explique en rien le racisme anti-Noirs qui y est constaté. La " hogra", cette notion propre au Maghreb qui instaure une humiliation selon une hiérarchie sociale est souvent avancée pour expliquer le phénomène.

Mehdi Alioua
Mehdi Alioua © Corbis / DR

Membre fondateur du Groupe Antiraciste de Défense et d'Accompagnement des Étrangers et Migrants (le Gadem) le sociologue marocain Mehdi Alioua s'est intéressé à la question.

"Au Maghreb, plus qu’une traite négrière, c’est un esclavagisme de servage qui a opéré, nous explique-t-il depuis son bureau à l’Université Internationale de Rabat. Il y a toujours eu des populations noires au Maghreb et des tribus guerrières puissantes. La région a eu des caïds ou des sultans noirs mais il y a eu également des razzias sur des tribus et aujourd’hui, dans l’inconscient collectif, lorsque l’on est noir de peau, on est plutôt au bas de l’échelle sociale, un serviteur, un domestique. Cela a été renforcé par la période coloniale. Quand on prend les manuels scolaires, il y est fait très peu cas de l'Afrique. Elle reste une zone lointaine avec des hommes qui ne sont pas des hommes et qui vivent dans les arbres et cette dimension raciste on ne peut la renverser d’un claquement de doigt."

Des avancées significatives au Maroc et en Tunisie

En un claquement de doigt, peut être pas, mais le travail de fond de la société civile semble peu à peu opérer. Ainsi, au Maroc, ce que n’ont pas réussi des partis politiques minoritaires en 2013 ou 2018 – en proposant des lois pour faire bouger les lignes - la société civile, elle, y est parvenue.

"Dans le pays, le débat est porté par la société civile depuis les années 2000, raconte Mehdi Alioua. Il a réussi à faire prendre conscience aux autorités la nécessité de changer sa politique migratoire." Et en mars 2018, en effet, le royaume a décidé d’assouplir ses critères de régularisations pour les étrangers. Une mesure qui leur offre une meilleure protection mais peut aussi installer une nouvelle sorte de racisme, regrette le sociologue, certains Marocains acceptant mal ce qui pourrait ressembler à une installation définitive.  

Ce sentiment de "Je veux bien de toi si tu ne fais que passer" peut également être appliqué à la Tunisie. En 2011, lors de la crise libyenne, le pays qui venait de chasser Ben Ali a montré combien son hospitalité était grande en installant, malgré la crise post-révolutionnaire qu'il vivait lui même, l'immense camp de Choucha, à la frontière avec la Libye. Un camp qui a permis d'accueillir plusieurs centaines de milliers de réfugiés fuyant la guerre, la plupart étant des sub-sahariens noirs. Mais depuis, les nombreux actes racistes ont écorné l'image du pays.

Une loi pénalisant le racisme en Tunisie

Jusqu'à ce 9 octobre 2018. En effet, ce jour-là, le pays qui avait aboli l’esclavage dès 1846, soit deux ans avant la France, a adopté une loi pénalisant les actes racistes. Une première dans un pays arabe mais qui ne sera peut être pas suivie par les pays voisins. Car la loi portée par une députée islamiste d’Ennahda, originaire du sud de la Tunisie et de couleur noire, a d’abord été poussée par une volonté nationale de minorités tunisiennes voulant, elles aussi, que les Tunisiens fassent leur révolution… des mentalités.  

"Nous aussi nous aimerions ce genre de loi au Maroc, soupire Mehdi Alioua, mais pour que l’exemple tunisien soit suivi au Maroc ou en Algérie, il faut que cela vienne des minorités locales qui ne veulent plus subir d’agressions racistes. Si l'initiative devait être prise pour régler la question du racisme envers les étrangers, je ne pense pas que cela fonctionnerait."

L’Algérie, elle, n’a pas encore vu les effets des actions menées par les diverses associations, moins puissantes que chez ces voisins. "Mais avec les récentes expulsions de populations maliennes ou nigériennes à la frontière sud, il y a une société civile qui s’est bien constituée, explique Mehdi Alioua. Beaucoup d’Algériens ont été choqués et se sont mobilisés et aujourd’hui, il y a un réseau associatif qui permet de savoir ce qu’il se passe et qui réagit."

La nouvelle Miss Algérie a, semble-t-il, bien supporté les attaques dont elle a été victime depuis son élection. Et peut être même deviendra-t-elle le fer de lance d'une prise de conscience nationale. Car ces attaques auront permis au contraire de voir que, malgré quelques éléments racistes, la majorité des algériens n’adhère pas aux propos calomnieux diffusés sur Internet.  

"On a plus parlé de cette affaire par ceux qui se sont indignés que par ceux qui ont écrit ces propos-là, se félicite Mehdi Alioua. Il est toujours un peu délicat de mesurer le degré de racisme dans une société mais l’important, c’est d’en parler."  

2 min

Mehdi Alioua sur le racisme au Maghreb

Par Thibaut Cavaillès
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.