L’une des candidates de Miss Terre ne participera à la finale, le 3 novembre. Les participantes de ce concours de beauté, différent de Miss Monde et Miss Univers, sont en ce moment aux Philippines. La Libanaise Salwa Akar est disqualifiée par son propre pays. Elle a pris une photo avec la candidate d’Israël.

Miss Terre Liban aux côtés de Miss Terre Israël, Dana Zreik.
Miss Terre Liban aux côtés de Miss Terre Israël, Dana Zreik. © Twitter/Noga Tarnopolsky

C’est un cliché amateur, pris dans un hôtel, qui ne passe pas au pays du Cèdre. On y voit deux femmes. A droite, Salwa Akar, la Miss Liban et à gauche, l’Israélienne Dana Zriek. Toutes les deux posent avec le "V" de la victoire, deux semaines avant la finale de Miss Terre 2018.

Ce concours de beauté, engagé dans l’environnement, se fera sans Miss Liban. Après la diffusion de cette photo, elle a tout simplement été disqualifiée par son pays. C’est la société Al-Sawsan, qui a organisé son voyage, qui a décidé de retirer la candidate de l’élection. "C’est une photo inacceptable et choquante", "l’hostilité historique entre les deux pays n’est pas que militaire, elle est aussi culturel et dans les concours de beauté" reconnaît Sawsan el-Sayed la directrice de la société "Al-Sawsan" et ancienne Miss Liban.

"Je n'ai pas besoin d'un titre pour être moi-même. Je suis la paix, et je terminerai ce que j'ai commencé, avec ou sans votre soutien et votre amour... Dieu est toujours à mes côtés, il me connaît mieux que quiconque et sait ce que j'ai dans le coeur" écrit Salwa Akar sur sa page Facebook.

Un tournant politique

Il n’en fallait pas plus pour que des responsables israéliens réagissent à leur tour. Ofir Gendelman, le porte-parole du premier ministre Benjamin Netanyahu, appelle à "condamner l'apartheid libanais". 

Un porte-parole de l’armée attribue la polémique au Hezbollah, qui préfère surtout qu’on "évite d’évoquer les sites de missiles près de l'aéroport de Beyrouth". Ces accusations ont été portées par le Premier ministre israélien le mois dernier, démenties depuis par les autorités libanaises.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.