La communauté internationale

Dans un communiqué, le président François Hollande a brièvement salué:

Ariel Sharon, ancien Premier ministre d’Israël, a été un acteur majeur dans l’histoire de son pays. Après une longue carrière militaire et politique, il a fait le choix de se tourner vers le dialogue avec les Palestiniens.

Je présente mes condoléances sincères à sa famille et au peuple d’Israël.

Le président américain, Barack Obama a, quant à lui, évoqué

C'est la perte d'un dirigeant qui a dédié sa vie à l'Etat d'Israël. Nous réaffirmons notre engagement inébranlable envers la sécurité d'Israël et notre attachement à la longue amitié entre nos deux pays et nos deux peuples.

En Israël

Le ministre des Affaires stratégieques Yuval Steinitz a déclaré:

La nation israélienne a perdu aujourd'hui un homme cher, un grand dirigeant et un combattant audacieux.

Du côté des dirigeants palestiniens

Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah a réagi:

Sharon était un criminel, responsable de l'assassinat d'Arafat et nous espérions qui comparaisse devant la Cour pénale internationale en tant que criminel de guerre.

Leila Shahid, ambassadrice de la Palestine auprès de l'Union européenne et ancienne porte-parole de l'Autorité palestinienne en France voit en lieu le "responsable de la frénésie de construction des colonies".

"Il restera le champion des massacres": Leïla Shaïd

**.**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.