L'ancien homme fort du Panama, Manuel Noriega, est décédé alors qu'il purgeait trois peines de 20 ans de réclusion. Il était l'un des derniers dictateurs locaux encore vivants.

Manuel Noriega, ex-dictateur du Panama, est mort à l'age de 83 ans
Manuel Noriega, ex-dictateur du Panama, est mort à l'age de 83 ans © AFP / Desk

Après 21 ans d'emprisonnement aux États-Unis, puis en France pour trafic de drogue et blanchiment, Manuel Noriega avait été condamné à 20 ans de prison pour des disparitions d'opposants sous son régime entre 1983 et 1989. Noriega est mort dans la nuit de lundi à mardi à 83 ans après avoir été opéré d'une tumeur au cerveau.

"La mort de Manuel Noriega clôt un chapitre de notre histoire", a tweeté le président du Panama Juan Carlos Varela : "Ses filles et ses proches méritent un deuil en paix".

L'un des rares dictateurs d'Amérique latine encore vivants

De nombreux pays d'Amérique latine ont été dirigés par des régimes militaires dans les années 70 et 80. Ces régimes se sont emparés du pouvoir et ont dirigé leurs pays d'une main de fer, réprimant l'opposition et causant la mort de dizaines de milliers de personnes. Après la mort de Noriega, trois ex-dirigeants ayant appartenu à ces régimes sont encore en vie :

  • Efrain Rios Montt (Guatemala), 90 ans. Il a pris le pouvoir en 1982 par un coup d’État pendant la guerre civile (qui a duré 36 ans). Montt n'a été au pouvoir qu'un an mais il a été responsable de la période la plus sanglante de la guerre. Il a été condamné en 2013 à 80 ans de prison pour génocide et crimes contre l'humanité. La guerre civile guatémaltèque a fait au total quelque 200 000 morts et disparus entre 1960 et 1996, selon l'ONU.
Efrain Rios Montt à la Cour suprême de Guatemala City en 2013 où il fut condamné à 80 ans de prison pour génocide et crimes contre l'humanité
Efrain Rios Montt à la Cour suprême de Guatemala City en 2013 où il fut condamné à 80 ans de prison pour génocide et crimes contre l'humanité © Reuters / Jorge Lopez
  • Reynaldo Bignone (Argentine), 89 ans. Il a été le dernier dirigeant (1982-1983) de la junte militaire en Argentine qui a causé la disparition d'au moins 30 000 personnes, selon des organisations humanitaires. Bignone été dirigeant "de facto". Il a été condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité, notamment pour avoir organisé avec les dictateurs d'autres pays d'Amérique latine l'opération Condor (avec le Chili, le Brésil, le Paraguay, la Bolivie et l'Uruguay) , et pour sa responsabilité dans la disparition de milliers d'enfants argentins.
Reynaldo Bignone 89 ans, a été le dernier dirigeant (1982-1983) de la junte militaire en Argentine.
Reynaldo Bignone 89 ans, a été le dernier dirigeant (1982-1983) de la junte militaire en Argentine. © AFP / Juan Mabromata
  • Luis Garcia Meza (Bolivie), 88 ans. Il était appelé le narco-dictateur en raison de ses liens étroits avec les trafiquants de drogue de Bolivie. Il est emprisonné depuis 1995 pour plusieurs crimes commis sous sa dictature après son coup d’État en 1980. Il purge une peine de 30 ans de prison.
Luis Garcia Meza (Bolivie), 88 ans, était appelé le narco-dictateur en raison de ses liens étroits avec les trafiquants de drogue de Bolivie.
Luis Garcia Meza (Bolivie), 88 ans, était appelé le narco-dictateur en raison de ses liens étroits avec les trafiquants de drogue de Bolivie. © Reuters / Rickey Rogers
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.