Un enfant dans un camp de réfugié en Somalie
Un enfant dans un camp de réfugié en Somalie © Reuters

L'ONG Médecins sans Frontières (MSF) a annoncé mercredi son retrait de Somalie à la suite d'attaques dont ses équipes ont été la cible.

Le retrait de MSF est un coup d'arrêt aux efforts du gouvernement pour persuader les Somaliens et les donateurs étrangers que la sécurité est en nette amélioration en dépit de l'insurrection islamiste qui secoue le pays. Le président de MSF International Unni Karunakara s'est exprimé devant la presse à Nairobi, la capitale kényane.

La fermeture de nos activités est le résultat direct d'agressions extrêmement graves sur nos équipes dans un contexte où les groupes armés et des responsables civils soutiennent, tolèrent ou ferment les yeux sur les assassinats, les enlèvements et les attaques à l'encontre des travailleurs humanitaires.

Marie-Noëlle Rodrigue est responsable des opérations à MSF-France. Elle consdière que la situation n'était plus tenable.

Depuis cinq ans, MSF a eu sept personnels tués et six kidnappés.

Le gouvernement somalien n'a pour l'instant pas commenté cette décision, qui intervient un mois après la libération de deux employées espagnoles de MSF, détenues pendant près de deux ans par des ravisseurs somaliens.

Les précisions à Nairobi de Stéphanie Braquehais

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.