mandela a quitté l'hôpital et regagné son domicile
mandela a quitté l'hôpital et regagné son domicile © reuters

L'ancien président sud-africain est toujours un état critique mais il a pu regagner son domicile ce dimanche. Il avait été admis à l'hôpital le 8 juin dernier, provoquant une inquiétude mondiale.

Nelson Mandela, qui est âgé de 95 ans, a regagné son domicile dimanche après un long séjour pour une infection pulmonaire récurrente, mais il demeure toutefois dans un état critique, déclare la présidence sud-africaine.

L'état de santé de Madiba demeure critique et par moments instable. Ses médecins estiment qu'il recevra la même qualité de soins intensifs à son domicile de Houghton qu'il a reçue à Pretoria.

Durant ses 87 jours d'hospitalisation à Pretoria, son état de santé a, selon la présidence, "oscillé de grave à critique, et par moments à instable".

Les précisions de Solenn Honorine à Johannesburg.

Sa résidence, dans cette banlieue chic de Johannesburg, a été "réaménagée" pour qu'il reçoive des soins adaptés à son état, indique la présidence. La police avait bouclé dimanche une partie de la rue où il habite, et où une foule de journalistes et de caméramen faisaient le pied de grue.

Mandela, qui a fêté son 95e anniversaire à l'hôpital le 18 juillet, a contracté des problèmes pulmonaires durant ses années de détention, alors qu'il était contraint de travailler dans des carrières de calcaire. L'ancien opposant au régime de l'apartheid a passé 27 ans en détention, dont 18 dans la colonie pénitentiaire de Robben Island, au large du Cap.

En août, les autorités sud-africaines ont fait état d'une amélioration lente mais régulière de son état de santé.

La gaffe de George Bush Sr

Ce retour de Mandela à son domicile s'est accompagné d'une gaffe de George Bush père, ancien président des Etats-Unis. Dans un communiqué officiel en début de journée, il a adressé ses condoléances aux Sud-Africains pour... la mort de Nelson Mandela.

Barbara et moi pleurons la mort d'un de ceux qui croyaient le plus à la liberté, que nous avons eu le privilège de connaître. C'était un homme au courage impressionnant, qui a changé le cours de l'histoire dans son pays.

Quelques minutes plus tard, le porte-parole de l'ex-président s'est confondu en excuses sur Twitter. Jim Mc Grath assure que l'erreur était la sienne, et que les Bush n'ont absolument rien à voir avec ce dérapage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.