Netflix pratique-t-il la censure ? Selon le le Financial Times, la plateforme a accepté de supprimer de son offre en Arabie saoudite un épisode d'une émission satirique critiquant le prince héritier Mohammed ben Salmane. Netflix se défend en invoquant une "requête légale valide" et "la législation locale".

Netflix a accepté de retirer de sa plateforme en Arabie saoudite l'épisode d'une émission satirique critiquant le royaume
Netflix a accepté de retirer de sa plateforme en Arabie saoudite l'épisode d'une émission satirique critiquant le royaume © Getty / Chesnot

"Patriot Act with Hasan Minhaj" c'est un show où l'humoriste et commentateur politique américain décortique chaque semaine l'actualité internationale et le 28 octobre dernier son show était entièrement consacré à l'assassinat de Jamal Khashoggi, à l'Arabie Saoudite et à la campagne militaire saoudienne au Yémen. 

Il serait peut-être temps de réévaluer notre relation avec l'Arabie Saoudite, et je dis ça en tant qu'Américain et musulman !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le mois dernier, le Royaume a sommé Netflix de retirer l'épisode, arguant qu'il était en violation de la loi contre la cybercriminalité. Une loi qui depuis 2014 permet en fait au régime de censurer ce qu'il veut sur internet. Et Netflix, la semaine dernière, a donc cédé. 

Accusée de censure par nombre d'internautes, la direction de la plateforme américaine a expliqué qu'elle n'a fait que se conformer à la législation locale suite à une demande légale valide. 

En tous cas c'est une première pour Netflix implanté dans le pays depuis 2016. Mais sans doute pas la dernière puisque le tout dernier épisode en date du "Patriot Act" en remet une couche sur l'Arabie Saoudite. 

L'épisode censuré reste toutefois disponible dans le Royaume sur Youtube, selon le Financial Times qui a révélé l'affaire.