Bill de Blasio lors de la minute de silene pour les deux policiers assassinés par un déséquilibré
Bill de Blasio lors de la minute de silene pour les deux policiers assassinés par un déséquilibré © MaxPPP/ZUMAPRESS.com/Bryan Smith

A les entendre, c'est le Maire de New-York qui est responsable de la mort de deux policiers - Rafael Ramos et Wenkian Liu - assassinés le week-end dernier par un déséquilibré qui s'est suicidé et qui avait auparavant expliqué sur Instagram vouloir venger la mort de deux Noirs tués cet été par des policiers qui ont échappé à toute poursuite.

Le double meurtre, juste avant Noël, a choqué New York et ses 35.000 policier et a aggravé les tensions entre le maire démocrate de New York et sa police.

Et certains membres des forces de l'ordre n'ont pas hésité à accuser le Maire d'avoir du sang sur les mains pour s'être montré trop bienveillant envers les manifestants qui à New York dénoncent depuis des semaines les morts de Mike Brown à Ferguson (Missouri) et Eric Garner à New York cet été. Les deux policiers impliqués dans la mort de ces deux Noirs non armés n'ont pas été poursuivis, ce qui a provoqué des manifestations dans plusieurs villes américaines.

Bill de Blasio avait demandé une trêve des deux côtés jusqu'aux obsèques, mais un petit avion a survolé vendredi l'Hudson à New York, portant une bannière affirmant "De Blasio, nous t'avons tourné le dos". Une manifestation d'hostilité due, semble-t-il, à un groupe de policiers, actifs ou en retraite.

Mais Bill de Blasio, élu sur la promesse de réformer la police, reste ferme : il faut s'attaquer au racisme de la police.

Obsèques sous tension

Le vice-président Joe Biden, le maire de New York Bill de Blasio, aux côtés des dirigeants syndicaux qui l'ont accusé la semaine dernière d'avoir "du sang sur les mains", le chef de la police Bill Bratton et des milliers de policiers venant de tous les Etats-Unis étaient présents aux obsèques de Rafael Ramos samedi, dans l'église protestante du Christ Tabernacle dans le Queens.

Des écrans géants avaient été installés à l'extérieur de l'église, pour tous ceux qui n'ont pas pu entrer. Les rues voisines l'église ont été envahies par une foule où dominait le bleu des uniformes. Les polices de Boston, d'Atlanta, de Saint-Louis et de La Nouvelle Orléans avaient envoyé des délégations.

Joe Biden a salué Rafael ramos et la police de New-York, la meilleure du pays selon lui, déclanchant une salve d'applaudissements, alors que des dos se sont tournés quand c'ets le maire de la ville qui a pris la parole.

A New-York, la correspondance de Charlotte Alix

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.