Les habitants de Chicago ont élu mardi une femme noire et ouvertement homosexuelle à la tête de leur ville, une première historique dans cette cité marquée par les inégalités sociales et la violence due aux armes à feu.

Lori Lightfoot après son discours de la victoire le 2 avril 2019 à Chicago
Lori Lightfoot après son discours de la victoire le 2 avril 2019 à Chicago © AFP / SCOTT OLSON

Chicago, troisième ville américaine avec ses 2 700 000 habitants, devient la plus grande ville du pays à porter à sa tête une femme noire : dans la course à la mairie de Chicago, Lori Lightfoot, 56 ans, une ancienne procureure fédérale qui a, notamment, dirigé une commission de surveillance des activités de la police, l'a largement emporté face à Toni Preckwinkle, démocrate et Afro-Américaine comme elle. 

L'élue a obtenu 74% des voix selon les premières estimations, après que la majorité des bulletins aient été dépouillé. Elle a fait campagne avec un programme progressiste, promettant notamment de réduire les inégalités sociales et raciales

Les quartiers sud et ouest de la ville, les plus pauvres et habités majoritairement par une population noire, restent à la traîne du centre financier et du nord de la ville, qui ont bénéficié des programmes de développement économique. La municipalité de Chicago n'a été dirigée depuis 1837 qu'une fois par un Noir et une fois par une femme.  

Beaucoup de petites filles et de petits garçons nous regardent ce soir (...) Ils voient une ville où peu importe la couleur de votre peau, peu importe la personne que vous aimez, dans le Chicago que nous allons bâtir ensemble, nous célébrerons nos différences (Lori Lightfoot)    

L'ascension et la victoire de Lori Lightfoot semblaient improbables, il y a encore quelque semaines, alors que 13 autres candidats visaient le siège de maire. Certains avaient des dizaines d'années d'expérience en politique, alors que Lori Lightfoot n'a jamais eu aucun mandat électif et arrive de la société civile. Lightfoot est une avocate qui a notamment été à la tête du Chicago Police Board et a dirigé une équipe ayant publié un rapport cinglant sur les rapports entre la police de Chicago et les noirs. Le rapport fait ressortir un "racisme systémique qui entache le département de la police de Chicago".

Une ville marquée par la violence et la défiance envers la police

Lori Lightfoot devient aussi la première personne homosexuelle à diriger cette ville de 2,7 millions d'habitants, la troisième du pays, marquée par la défiance entre police et minorités, les inégalités profondes entre quartiers et une criminalité importante. Plus de 550 meurtres ont été comptabilisés en 2018 à Chicago, soit davantage que les chiffres combinés de New York et de Los Angeles, dont les populations sont pourtant plus importantes. Selon les analystes, le scrutin a été marqué par un sentiment de ras-le-bol concernant la politique locale dans ce fief démocrate.   

Au premier tour, les deux femmes avaient notamment devancé un cacique de la politique locale, Bill Daley, et un ancien chef de la police de la ville, Garry McCarthy. Ce dernier, engagé en 2011 pour endiguer la criminalité, a été limogé en 2015 pour sa gestion de l'enquête sur la mort l'année précédente d'un jeune Noir, Laquan McDonald, criblé de balles par un policier blanc, Jason Van Dyke. 

La police avait attendu un an avant de diffuser les images du drame, qui montraient que l'agent avait tiré alors que la victime s'éloignait, un couteau à la main. Rahm Emanuel avait été accusé d'avoir tenté de couvrir le scandale et la ville avait été secouée par des mois de manifestations contre les violences policières. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.