Marina Berlusconi, présidente de la Fininvest
Marina Berlusconi, présidente de la Fininvest © REUTERS/Paolo Bona

Maintenant que Silvio Berlusconi est condamné de manière définitive à un an de prison et puisqu'il lui sera certainement impossible de se présenter à une élection pour les six années à venir, va-t-il passer la témoin à sa fille Marina ?

Après la condamnation définitive de l'ancien président du Conseil pour fraude fiscale dans le dossier Mediaset et alors que d’autres condamnations se prospectent -l’affaire Ruby entre autres-, le Cavaliere laisse entendre qu'il entend poursuivre ses activités politiques et militer pour une réforme du système judiciaire.

Pourtant la rumeur veut que sa fille aînée Marina soit prête à lui succéder à la tête du parti, le Peuple de la liberté (PDL), qui va retrouver son nom d'origine : Forza Italia .

Marina Berlusconi, 46 ans, est une femme influente.

Depuis 2005 elle est à la tête de la holding familiale : la Fininvest. Elle est aussi présidente de la maison d’édition Mondadori, sans oublier le siège au conseil d’administration de la banque d’affaires Mediobanca.

Elle a été classée en 2007 par Forbes Magazine à la 33e place des femmes les plus puissantes au monde.

Pour The Financial Times , "ce choix dynastique est le plus probable" car il permettrait à au PLD de continuer à surfer sur la charge émotionnelle attachée au nom de Berlusconi.

A Rome, la correspondance de Thomas Chabolle

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.