Manifestants à Miami
Manifestants à Miami © REUTERS/Andrew Innerarity

Samedi est une journée de manifestations dans de nombreuses villes américaines à l'appel de militants des droits civiques. Une partie des américain est toujours sonnée par l'acquittement il y a une semaine du meurtrier du jeune Noir Trayvon Martin

Ces manifestations "envoient au pays tout entier le message que nous n'allons pas rester les bras croisés", a déclaré le père de Trayvon, alors que la manifestation se mettait en place à Miami. La mère de l'adolescent, Sybrina Fulton, devait elle participer à une marche à New York.

C'est Al Sharpton, figure de la lutte pour ces droits, qui appelé cette semaine à manifester "devant des bâtiments fédéraux, pour faire pression sur le gouvernement".

Aurélien Colly, se trouve à Union Square, en plein cœur de Manhattan où l'une de ces rassemblements se déroule

L'acquittement de George Zimmerman, un vigile de quartier qui a tué le jeune homme de 17 ans en février 2012, avait déjà donné lieu à des manifestations spontanées la semaine dernière. La sentence avait réveillé les vieux démons de l'Amérique qui se redécouvrait pas encore en paix avec elle-même sur la question du racisme.

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a affirmé hier soir que lui-même "aurait

pu être Trayvon Martin, il y a 35 ans". Il a dit comprendre "qu'il y ait eu des manifestations et des veillées tant qu'elles restent non-violentes". "Si je vois que des violences se déroulent, alors je rappellerai que cela déshonorerait ce qui est arrivé à Trayvon Martin et sa famille", a-t-il prévenu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.