Le second puissant séisme au Népal a fait des morts et des blessés à nouveau.
Le second puissant séisme au Népal a fait des morts et des blessés à nouveau. © MaxPPP / HEMANTA SHRESTHA

Deux semaines après le séisme qui a tué plus de 7 800 personnes, la terre a une nouvelle fois tremblé au Népal. Une secousse de magnitude 7.3 a été ressentie ce mardi matin faisant au moins 40 morts.

Le sort s’acharne sur le petit pays. Cette fois l’épicentre du séisme se situe à 83 km à l’est de Katmandou, dans la région de l’Everest, près de la frontière chinoise Ce n’est pas une réplique cette fois. La magnitude du tremblement de terre de ce matin est presque aussi importante que celle du premier séisme , le 25 avril dernier (magnitude 7.8) et qui a détruit une grande partie du pays, faisant 7 800 morts dont 10 français et 16 000 blessés.

La terre a tremblé une nouvelle fois pendant une bonne minute d’après des témoins, à 12h35 heure locale , semant la panique dans les rues de la capitale où les habitants ont fui leur logement de fortune. La secousse a même été ressentie jusqu’à New Delhi en Inde et a été tout de suite suivi par une réplique de magnitude 5.6.

D'après l'ONU pour l'instant, le séisme a fait au moins 40 nouveaux morts et 17 en Inde. L'aéroport de Katmandou a été fermé par mesure de sécurité.

"On craque tous nerveusement là"

C'est donc la troisième secousse d'une magnitude supérieure à 7 depuis deux semaines au Népal, sans compter les nombreuses répliques de 4 ou 5 que les habitants ne comptent même plus. Tout le monde est terrifié, fatigué. "Pendant le nouveau séisme toute à l'heure, a raconté ce matin Yves à Rosalie Lafarge, pendant que je guidais les clients à l'extérieur, dans le bâtiment d'en face, quelqu'un a sauté du premier étage pour s'enfuir. On en est là . Nerveusement c'est très dur, on craque tous, moi personnellement je craque, c'est terrible", explique cet hôtelier français installé dans le centre de Katmandou.

Yves, hôtelier français à Katmandou : "A chaque fois que ça tremble on se demande si tout va s'écrouler"

4'05

Yves, un Français installé à Katmandou avec Rosalie Lafarge

"C'est tellement soudain à chaque fois, continue Yves, on ne pense qu'à courir se mettre à l'abri, dans des zones ouvertes, sans immeuble. J'ai ma femme et mon garçon de 17 ans avec moi, on a courur ensemble, avec les clients de l'hôtel aussi. Psychologiquement c'est horrible. Dès que ça tremble on se demande si ça va tenir." Cette fois encore des maisons se sont effrondrées, les ruines de monuments touristiques aussi. "On a plus d'électricité, plus d'internet , la ligne téléphonique marche encore c'est déjà ça mais je pense qu'on va mettre des couvertures, des tapis en mousse et qu'on va dormir dehors cette nuit. "

"La plaque indienne glisse sous celle de l'Himalaya"

Mais pourquoi la terre tremble-t-elle toujours au même endroit ? Denis Blamont, géographe au CNRS en poste à Katmandou nous explique : "Quand la plaque indienne passe sous la plaque himalayenne, il y a des morceaux qui vont plus ou moins vite et c’est ce qui explique pourquoi ça a beaucoup bougé à l’est mais pas à l’ouest. Et s’il y a contagion entre les mouvements alors c’est une catastrophe vraiment majeure qui se produit ."

Denis Blamont, géographe au CNRS à Katmandou

0'18

Denis Blamont, géographe au CNRS à Katmandou

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.