La ville de Baga au Nigéria.
La ville de Baga au Nigéria. © Reuters

Cent personnes au moins ont été tuées le week-end dernier, a-t-on appris par un responsable local. Les djihadistes ont également rasé 16 localités du nord-est du pays.

Des villes et des villages entièrement "brûlés" par les combattants islamistes mercredi. Mais aussi un grand nombre de victimes dans la localité de Baga, grand carrefour commercial. Boko Haram y a également fait main basse sur une importante base militaire

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les contours du "plan global de lutte contre Boko Haram"

Au total, ce sont au moins cent personnes qui ont été tuées le week-end dernier. Aujourd'hui, de nombreux habitants ont dû fuir le secteur pour se réfugier sur une île du lac Tchad, sans vivres.

Selon un responsable local, 560 personnes sont actuellement bloquées sur place, et "certains sont en train de mourir à cause du manque de nourriture, à cause du froid et du paludisme, sur cette île infestée de moustiques". D'autres habitants ont été abattus par des islamistes à moto alors qu'ils tentaient de trouver refuge dans la brousse.

Le président critiqué pour avoir mal géré la crise

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord du Nigeria après plusieurs mois de situation stable. Un contexte difficile pour le président nigérian Goodluck Jonathan, qui a lancé aujourd'hui sa campagne pour l'élection présidentielle en février.

► ► ► LIRE AUSSI | Le Nigéria au cœur des débats en France

Il est accusé par l'opposition d'avoir mal géré la crise Boko Haram : "Avant qu'il ne prenne ses fonctions en 2010 le Nigeria était uni, ce n'est plus le cas aujourd'hui", assure le porte-parole de la coalition d'opposition. "Pas moins de 20.000 km² de notre territoire est aujourd'hui aux mains de Boko Haram".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.