Pour la seconde fois en un mois, la Corée du Nord a tiré un nouveau missile balistique dans la nuit de jeudi à vendredi au-dessus du Japon, réveillé au son des sirènes d’alerte.

A Tokyo, une passante devant une chaîne d'info qui relate le dernier tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon
A Tokyo, une passante devant une chaîne d'info qui relate le dernier tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon © Reuters / Issei Kato

Le réveil a été brutal vendredi pour les habitants de la partie nord du Japon, encore une fois à cause de la Corée du Nord. Sirènes et alertes téléphoniques d'urgence ont retenti peu après 07h00 locales (jeudi 22h00 GMT). Pour la deuxième fois en moins d'un mois, Pyongyang a effrayé le Japon avec un nouveau missile qui est passé au-dessus de l'île septentrionale de Hokkaido.

Nouveau tir de missile coréen au dessus du Japon
Nouveau tir de missile coréen au dessus du Japon © Visactu / Visactu

Les émissions de télévision et programmes de radio du petit-déjeuner ont été pour le moins perturbées, elles qui diffusent habituellement des divertissements et informations distillées de façon moins terrifiante. Tous les écrans ont affiché le message d'avertissement lorsque le missile balistique à portée intermédiaire a survolé une partie du territoire nippon.

"Fuyez dans un bâtiment ou un sous-sol". Les opérateurs de télécommunications mobiles ont aussi relayé les alertes publiques par un système de messages d'urgence géolocalisés envoyés à leurs usagers des régions concernées, à l'instar du dispositif de sirènes J-Alert.

Les services de train entre Hokkaido et l'île principale du Japon, Honshu, ont été temporairement suspendus après le tir, et d'autres lignes momentanément arrêtées. Le trafic aérien dans la région semblait en revanche ne pas être perturbé.

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a répété que son pays ne pourrait "jamais tolérer une telle action provocatrice dangereuse qui menace la paix mondiale".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.