Lors de sa conférence de presse post-électorale mercredi, Donald Trump a malmené un journaliste politique, figure de CNN. Dans la foulée, Jim Acosta a fait l'objet d'accusations fallacieuses de la part de la Maison blanche et s'est vu retirer son accréditation.

Jim Acosta,  CNN, pose une question à Donald Trump après les midterms
Jim Acosta, CNN, pose une question à Donald Trump après les midterms © AFP / MANDEL NGAN

La scène semble surréaliste. Le New York Times rappelle d'ailleurs que ce qui s'est passé mercredi à la Maison blanche est rarissime dans l'histoire. 

Trump attaque les médias dès le début

Après les élections de mi-mandat qui ont vu les démocrates prendre la majorité à la chambre des représentants, mais qui ont permis aux républicains de conserver la majorité au Sénat, Donald Trump organise mercredi une conférence de presse à la Maison blanche. Il ne se prive pas d'attaquer régulièrement les médias dans son discours. 

Le parti républicain a obtenu de bons résultats au Sénat (...) malgré une couverture médiatique très hostile à notre égard. 

Sans oublier de répéter une nouvelle fois que 

les médias sont l'ennemi du peuple

La caravane de migrants déclencheur de la colère de Trump

Jim Acosta, chef-correspondant du bureau de Washington de CNN, a tenté d'interroger Donald Trump sur la "caravane" de migrants d'Amérique centrale. Réaction de Trump : 

Ça suffit ! Posez le micro !

Une stagiaire de la Maison blanche tente de le lui reprendre. Acosta le garde en mains et ne se démonte pas. Il garde le micro et tente cette fois-ci une question sur l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle :

Monsieur le Président, est-ce que l'enquête sur l'ingérence russe vous inquiète ? 

Trump enrage : 

Vous êtes malpoli. CNN devrait avoir honte de vous employer. 

CNN est la cible régulière des critiques et des insultes du président américain qui assimile régulièrement la chaîne d'info aux "fake news" (fausses nouvelles) dont il dresse régulièrement la liste : New-York Times, Washington Post, ABC et CNN. 

Dans la foulée, Acosta découvre que son accréditation presse à la Maison blanche lui est retirée par les Services secrets "jusqu'à nouvel ordre".

Un communiqué de presse tombe, accusant Acosta d'avoir "touché la stagiaire de manière inappropriée"

Un ralenti a été réalisé sur cette video. où l'on voit nettement que le journaliste ne touche pas la jeune femme de "manière inappropriée"

La Fédération internationale des journalistes dénonce  la "violence verbale" de Trump 

Basée à Bruxelles, la Fédération qui représente 600 000 journalistes dans 134 pays, a réagi sur Twitter aux actes de Trump et de la Maison blanche.

Nous sommes atterrés par la violence verbale du Président américain contre les médias et par les tentatives physiques d'enlever le micro au journaliste pour l'empêcher de poser des questions dérangeantes pour le président. C'est intolérable ! La Maison blanche doit lui rendre son accréditation MAINTENANT

► REGARDER | L'intégralité de la conférence de presse post-midterms de Donald Trump

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.