Cinquante-six policiers et deux civils ont été blessés dans la nuit de vendredi à samedi lors de nouveaux heurts dans le centre de Belfast, capitale de l'Irlande du Nord.

Les explications de Hervé Amoric

irlande du nord manifestation
irlande du nord manifestation © Radio France

La plupart des blessures recensées sont légères mais quatre policiers ont dû être transportés à l'hôpital après ces affrontements, conséquence des tensions persistantes entre catholiques et protestants en Irlande du Nord. Les forces de police ont fait usage de balles en caoutchouc et de canons à eau après avoir été la cible de jets de projectiles pour la deuxième nuit consécutive.

"Les violences de la nuit dernière et les attaques visant des officiers de police sont une honte", a déclaré la ministre britannique pour l'Irlande du Nord, Theresa Villiers, dans un communiqué. "Les désordres dans les rues constituent un recul extrêmement regrettable" a-t-elle ajouté.

Une manifestation nationaliste à l’origine des heurts

Des membres de la communauté protestante de Belfast se sont opposés à une manifestation prévue samedi par des nationalistes sur Royal Avenue , la principale artère de la ville, et ils ont commencé à lancer des briques, des bouteilles et des pétards sur les policiers quant ceux-ci ont tenté de les disperser. Le défilé organisé par la communauté catholique, qui visait à commémorer le début en 1971 des incarcérations sans procès par les autorités britanniques, a bien eu lieu mais sur un parcours différent.

Jeudi soir, huit personnes avaient été blessées lorsqu'une foule participant à un feu de joie dans un quartier catholique de Belfast avait lancé sur les policiers des engins incendiaires et des blocs de pierre.

Malgré l'accord de partage du pouvoir de 1998, Belfast reste divisée entre protestants favorables au maintien de l'Ulster au sein de la Couronne britannique et catholiques plutôt partisans d'un rattachement de l'Irlande du Nord à la République d'Irlande.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.