C'est un petit pas, mais vu les bruits de bottes actuels, c'est déjà très positif ! La dernière réunion à Istanbul le 14 avril entre l'Iran et le groupe 5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne) marque une timide reprise du dialogue sur le dossier du nucléaire. Cette fois-ci, contrairement à la précédente rencontre il y a quinze mois, les Iraniens n'ont pas posé leurs deux pré-conditions au dialogue, à savoir le droit à l'enrichissement et la levée des sanctions.

"Nous sommes entrés dans le vif du sujet" , explique un diplomate européen. Pour lui, il ne faut certainement pas sauter au plafond, mais ce n'est pas négatif, même si la réunion s'est déroulée de façon très formelle, dans une "ambiance glaciale et professionnelle". Le plus important pour ce diplomate, c'est de créer "un canal de discussion" avec Téhéran, tout en sachant que pour le groupe 5+1 "rétablir la confiance, cela signifie que l'Iran respecte ses obligations." Prochain rendez-vous le 23 mai à Bagdad pour donner de la substance à ce canal.

Si les Iraniens se montrent aujourd"hui souples sur la forme, ils restent inflexibles sur le fond. dans les faits, leur programme nucléraire continue. Le dernier rapport de l'AIEA, daté du 24 février 2012, dresse un état des lieux de l'avancement des efforts atomiques iraniens. Le stock de combustible s'établit à 5451 kg d'uranium enrichi à 3,5% dans la centrale de Natanz et de 109 kg enrichis à 20% dans la centrale de Qom. Le nombre de centrifugeuses (type IR1) s'élève à plus de 9 000 à Natanz et 699 à Qom. Selon les experts de l'AIEA, l'Iran parvient à enrichir à 20% 15kg d'uranium par mois. Rappelons que pour mettre au point la bombe atomique, il faut de l'uranium enrichi à 90%.

Dans cette affaire, les Iraniens cherchent sans aucun doute à gagner du temps mais les Occidentaux n'ont guère le choix. Ils ont choisi de prendre au mot Téhéran. Pour eux, l'un des leviers sur l'Iran, c'est évidemment la possibilité de faire évoluer ou pas le régime de sanctions. Une carotte avant d'agiter le baton?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.