l'iran commence à appliquer l'accord sur le nucléaire, selon l'aiea
l'iran commence à appliquer l'accord sur le nucléaire, selon l'aiea © reuters

A Vienne, ce sont des négociations marathon qui pourraient aboutir dans le dossier du nucléaire iranien. Les discussions ont été lancées il y a un an et demi. La réunion en Autriche a commencé il y a quinze jours. L'Iran et les grandes puissances semblent désormais proches d'un accord historique, et d'une levée des sanctions internationales.

Dimanche après-midi, le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, s'est dit optimiste. Pour lui, le "P5+1" (Etats-Unis, France, Russie, Chine, Grande-Bretagne et Allemagne) serait finalement engagé dans la dernière ligne droite de ces longues et tumultueuses négociations. Un peu plus tôt, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, était sur la même ligne, mais pas forcément sur le même tempo : "Je pense que nous sommes en train d'aboutir à de vraies décisions (...) Je dirais donc, puisqu'il reste peu de choses à faire, que j'ai toujours de l'espoir." Plus tard, un haut responsable du département d'Etat américain a confirmé que des questions importantes n'étaient toujours pas réglées.

Le travail n'est pas terminé

Si certains gouvernements annoncent un accord possible dès dimanche soir, les responsables iraniens restent plus prudents : "Parvenir à un accord est, pour ce qui est de la logistique, impossible car les préparatifs nécessaires ne peuvent être achevés ce soir (...) Le travail est dur et il se poursuit", explique un responsable de Téhéran.

L'Iran et le P5+1 se sont donné jusqu'à lundi, le 13 juillet, pour parvenir à un accord définitif. La Russie a demandé ces derniers jours, en cas d'accord, la levée rapide des sanctions internationales visant l'Iran, y compris l'embargo sur les armes. Cette dernière mesure, également réclamée par Téhéran, suscite de fortes réticences de la part des pays occidentaux, notamment des Etats-Unis.

Les négociations sur le nucléaire iranien
Les négociations sur le nucléaire iranien © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.