Le policier à l'origine du décès d'un jeune Noir en août dernier à Ferguson ne sera pas inculpé. Cette décision qui a entraîné des manifestations à travers le pays.

Ferguson : manifestation devant la Maison Blanche
Ferguson : manifestation devant la Maison Blanche © Reuters

Les jurés ont estimé "qu'il n'existait pas de raison suffisante pour engager des poursuites contre l'agent Wilson". La mort de Michael Brown, 18 ans, mortellement blessé par le policier blanc Darren Wilson alors qu'il n'était pas armé, avait déclenché plusieurs nuits d'émeutes dans cette commune de la grande banlieue de St Louis, dans le Missouri.

La famille de Michael Brown s'est déclarée "profondément déçue" par la décision du grand jury, composé de neuf jurés blancs et trois jurés noirs, tout en appelant au calme : "Tout en comprenant que beaucoup d'autres partagent notre peine, nous demandons que vous exprimiez votre frustration par des moyens qui apporteront un changement positif."

► ► ►RÉÉCOUTER | Un jour dans le monde : retour sur les émeutes à Ferguson

Le président Barack Obama a également pris publiquement la parole pour exhorter les habitants de Ferguson à réagir dans le calme et inviter la police à agir avec retenue :

Nous sommes un État de droit. Et nous devons accepté que c'était au grand jury de prendre une décision. Certains Américains sont d'accord avec cette décision, d'autres sont déçus, voire en colère. C'est tout à fait justifié. Mais je me joins aux parents de Michael Brown pour demander à ceux qui vont protester de le faire pacifiquement.

Violents incidents à Ferguson

À l'annonce de la décision, beaucoup de cris de colère ont fusé parmi la foule de plusieurs centaines de personnes rassemblées devant le commissariat central de Ferguson. Des vitrines de magasins ont été brisées et deux voitures au moins ont été incendiés. Plusieurs coups de feu isolés ont retenti et les forces de l'ordre ont répliqué à coups de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes. La police locale a signalé des tirs nourris d'armes automatiques dans le quartier où Michael Brown a été tué.

Ce mardi matin, la situation revenait petit à petit au calme

Une trentaine de personnes ont été arrêtées. Il n'y a pas eu de blessés graves, a annoncé le chef de la police locale. Des manifestations ont aussi eu lieu à New York, Chicago, Seattle, Los Angeles et dans la capitale fédérale, Washington.

"Il a fallu plus de trois mois pour que le grand jury décide, il n'a fallu que quelques minutes pour que la colère éclate", explique notre envoyé spécial à Ferguson,

Le gouverneur du Missouri a mobilisé la Garde nationale et renforcé la présence policière à Ferguson, une ville majoritairement noire de 21.000 habitants. Cette décision a été critiquée par des militants, qui soulignent que la réponse brutale de la police lors des premiers incidents d'août dernier n'a fait qu'envenimer la situation.

60 témoins, 70 heures de témoignages

Le grand jury était réuni depuis la fin août sur cette affaire. Il a entendu 60 témoins convoqués par les procureurs ainsi qu'un médecin privé engagé par la famille Brown pour examiner les tirs mortels. Au total, le grand jury a passé 25 jours sur le dossier et entendu plus de 70 heures de témoignages.

► ► ► LIRE AUSSI | Affaire Michael Brown : le mea culpa de la police

Michael Brown est soupçonné d'avoir volé des cigares dans une épicerie de quartir peu avant son décès. Il marchait en compagnie d'un ami quand il a été abordé par le policier, qui n'était pas informé du vol. Les avocats de la famille de la victime déclarent que le jeune homme voulait se rendre quand il a été abattu. Les partisans de Darren Wilson assurent que le policier a eu peur pour sa vie et qu'il a agi en état de légitime défense. Darren Wilson a tiré à douze reprises sur Michael Brown, la dernière balle l'atteignant à la tête.

Ferguson
Ferguson © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.