Le président Barack Obama annonce la démission de secrétaire à la Défense Chuck Hagel
Le président Barack Obama annonce la démission de secrétaire à la Défense Chuck Hagel © REUTERS/Kevin Lamarque

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a présenté sa démission à Barack Obama qui l'a acceptée.

Le président l'a annoncé lui-même lors d'une intervention depuis la Maison Blanche où il a rendu hommage à Chuck Hagel.

Le président américain a rappelé que son secrétaire à la Défense lui "a toujours parlé franchement" et a été sincère dans ses conseils.

Une différence stratégique sur les opération militaires en Syrie

"Ce que je peux vous dire, c'est qu'aucune divergence n'est à l'origine de cette décision. Le secrétaire ne démissionne pas pour protester et n'est pas remercié", a assuré un membre du ministère.

Pourtant, dans une note interne citée début novembre par le New York Times, Chuck Hagel s'interrogeait sur le bien fondé de la stratégie du président en Syrie, jugeant que sa position au sujet du sort de Bachar al Assad manquait de clarté. Barack Obama assure que les raids aériens de l'US Air Force contre les positions de l'Etat islamique ne font pas le jeu du président syrien, dont Washington réclame le départ.

La Maison Blanche affirme vouloir nommer vite un successeur

Parmi les candidats figurent Michele Flournoy, ancienne sous-secrétaire à la Défense, et Ashton Carter ancien secrétaire adjoint au Pentagone. Jack Reed, sénateur démocrate du Rhode Island, est également présenté comme un possible prétendant.

Mais les Républicains comptent beaucoup sur cette nomination, pour faire valoir leur point de vue sur la politique de Barack Obama. Le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a jugé que ce changement à la tête du Pentagone devait s'accompagner d'une réflexion plus large sur la stratégie américaine face au groupe djihadiste qui se fait appeler "Etats Islamique".

Les explications de Frédéric Carbonne

Sur Twitter, des djihadistes ont salué cette démission, jugeant qu'elle représentait une victoire pour l'organisation EI. "Connaissez-vous une autre organisation qui peut obliger une administration américaine à virer son ministre de la Défense?", a lancé l'un d'eux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.